Un sujet d’actualité

Bonjour à tous !

Vous avez peut-être entendu parler d’une maladie. On en parle un peu en ce moment. Mais si ! Vous en avez forcément entendu parler. La COVID-19. Ça vous dit quelque chose ? Tout le monde en parle tout le temps mais vous savez bien ce que c’est ? Je pense que non. Alors je vais essayer de vous expliquer un peu en répondant à des questions simples que tout le monde se pose. Commençons.

Que veux dire COVID-19 ?

C’est un acronyme. Un acronyme c’est un sigle qui se prononce comme un mot ordinaire.  Je détaille ce sigle. COronaVirus Disease. Cela vient de l’anglais et cela signifie ‘maladie provoquée par un coronavirus’. Le 19 indique que cette maladie est apparue en 2019. Vous avez remarqué qu’on dit LA maladie provoquée par un coronavirus. On dit donc LA COVID-19. Ben oui 🙂

Quels sont les symptômes de la COVID-19 ?

Les plus connus sont la perte du goût et de l’odorat. Vérifiez que vous sentez bien. Attention ! Un goût métallique dans la bouche peut également être un symptôme. Faites bien attention. Les autres symptômes fréquents sont l’essoufflement, la fatigue, des maux de tête, des courbatures un peu partout. Tout cela ressemble à la grippe… Il y a d’autres symptômes un peu plus rares. Je ne vous les citerai pas ici.

Qu’est-ce qu’un coronavirus ?

C’est un virus qui semble porter une couronne.

Photographie de coronavirus observés au microscope électronique

Les coronavirus forment une famille de virus. Il en existe plusieurs. Celui qui provoque la COVID-19 est le SRAS-CoV-2. C’est encore un sigle. Syndrome respiratoire aigu et sévère provoqué par un coronavirus. Le 2 indique qu’il y en a un autre. C’est le MERS-CoV ce qui veut dire Syndrome Respiratoire du Moyen Orient. Il est apparu en 2012 mais ne s’est pas beaucoup propagé.

Mais qu’est-ce qu’un virus ?

Attention c’est un peu compliqué. Un virus n’est pas une cellule. Il n’y a pas de membrane , cytoplasme et noyau comme les cellules. Il est constitué d’une capside elle-même formée de petits éléments répétitifs. Il contient une toute petite information génétique. L’information génétique c’est un peu comme le plan d’une cellule, d’un individu ou d’un virus. Comme un virus est très simple, l’information génétique est très petite. J’ai failli oublier de vous dire qu’un virus c’est très petit. Beaucoup plus petit qu’une cellule humaine.

Comment le virus est-il transmis ?

La transmission d’un virus, ou d’un microbe, est appelée contamination. Comment pouvons-nous être contaminé ou contaminer quelqu’un ? Il y a plusieurs modes de contamination. Les principaux vecteurs de contamination sont les aérosols. Qu’est ce que c’est encore que ça ? Ce sont de toutes petites gouttelettes d’eau qui sont rejetées par le corps quand on expire, qu’on parle, qu’on baille… On en produit tout le temps des aérosols mais ils ne se voient pas. Le virus est vraiment tout petit minuscule alors il peut être dans ses aérosols. Les aérosols flottent dans l’air. Ils ne tombent presque pas parce qu’ils sont vraiment très petits. Le moindre courant d’air les relance. Du coup, ils se déplacent partout ces aérosols. Ils peuvent traverser une pièce sans problème les aérosols. Ils mettent un peu de temps pour arriver tout au bout de la classe mais ils finissent toujours par y arriver. Imaginez que je mette du produit qui sent bon grâce à une bombe. Je fait pschiit comme ça. On voit des petites gouttes. Mais il y a des tas d’aérosols qu’on ne voit pas. Et on les sent dans toute la pièce. C’est bien la preuve qu’ils se dispersent un peu partout. Alors c’est pareil pour les aérosols que rejette un humain. Puis, un autre humain respire. Il inhale les aérosols et il est contaminé. L’autre mode de contamination est par la bouche. Observez bien un humain. Vous verrez qu’il porte sans arrêt les mains au visage et souvent à la bouche. Hoplà ! Le virus entre dans les voies respiratoires. Si je résume, la COVID-19 se transmet par les aérosols et les contacts entre les mains et le visage.

Que pouvons-nous faire pour limiter la contamination ?

C’est très simple. Pour se débarrasser du virus sur les mains, il faut se les laver avec un gel hydro-alcoolique. Comme vous êtes de gentils élèves vous le faites en rentrant en classe. Il faut continuer. Et puis il faut porter le masque sérieusement mais vraiment bien. Comme ça vous gardez vos aérosols pour vous et vous empêchez les aérosols des autres de vous contaminer. Il n’y a que cela qui fonctionne mais ça fonctionne bien. La preuve est que personne n’a de maladie cet hiver. Personne ne tousse en classe. D’habitude, en cette saison, il y a des tas d’élèves enrhumés, des gastros, des grippes… Là il y en a presque pas.

Comment faire à la cantine ?

Le problème de la cantine est qu’il faut enlever le masque. Ce n’est pas possible de manger avec le masque. Pendant le temps du repas, le risque de contamination augmente. Comment faire ? C’est très simple. Vous mangez vite et en évitant de parler. Puis vous remettez votre masque pour papoter avec vos camarades. Je sais que c’est embêtant mais vous avez envie d’être contaminés vous ? Moi non. Et je ne veux pas contaminer les autres si par malchance je suis moi-même contaminé. Ce que pourrait faire l’école est simple aussi. Il faudrait vous installer une place sur deux. Avec personne en face. Les aérosols se déplaceraient quand même mais si on ne parle pas beaucoup, on limite fortement le risque de contaminer et d’être contaminé. 

Comment agit le virus ?

Là aussi c’est un peu compliqué. Le virus se fixe sur une cellule des voies respiratoires (cavité nasale, cavité buccale, trachée, bronches, bronchioles, alvéoles pulmonaires). La cellule le fait entrer. L’information génétique du virus s’intègre à celle de la cellule. A partir de là c’est notre cellule qui fait tout le travail. Elle est légèrement modifiée et produit des tas de virus. Ces virus s’accumulent dans la cellule. Quand la cellule est remplie de virus elle éclate et les nouveaux virus sont libérés et vont se fixer sur d’autres cellules. Une cellule peut produire des dizaines ou des centaines de virus. Ce sont donc des dizaines ou des centaines d’autres cellules qui vont être infectées ensuite. Ça va très vite.

Comment expliquer les symptômes de la maladie ?

Vous avez compris que le virus utilise nos cellules et les tue. Il s’attaque en priorité aux cellules des voies respiratoires, en particulier celles des alvéoles pulmonaires. Vous savez que les alvéoles pulmonaires permettent de mettre du dioxygène dans le sang. C’est indispensable ça. Si certaines de nos alvéoles pulmonaires meurent, on respire moins bien. On s’essouffle. Si cela dure, on est fatigué. Puis des maux de tête apparaissent. C’est parce que le cerveau manque de dioxygène, alors les vaisseaux sanguins  gonflent pour essayer d’apporter plus de sang donc plus de dioxygène. En gonflant, les vaisseaux sanguins appuient sur le cerveau et ça fait mal à la tête.

Comment se fait-il que les personnes âgées soient-elles plus touchées ?

Actuellement 90% des morts de la COVID-19 sont des personnes âgées. Vieillir c’est fonctionner moins bien. Dans le corps, les cellules se renouvellent en permanence. Des cellules meurent mais d’autres apparaissent. Sauf qu’en vieillissant il y a de plus en plus de cellules qui meurent et de moins en moins de cellules apparaissent. C’est vrai pour leurs alvéoles pulmonaires. Les personnes âgées en ont moins que quand elles étaient jeunes. Elles s’essoufflent déjà. Alors si le virus tue des alvéoles c’est tout de suite plus grave.

Le variant anglais est-il plus contaminant ?

D’abord je dois expliquer ce qu’est un variant. C’est quand il y a une petite modification à la surface de la paroi du virus. Le variant anglais a une petite modification qui fait qu’il se fixe plus facilement à la surface de nos cellules. Il est donc plus contaminant. Apparemment, mais je ne suis pas sûr, il provoque moins de formes graves de la maladie. Les formes graves c’est quand on est obligé d’aller à l’hôpital et parfois en réanimation.

Peut-on guérir de la COVID-19 ?

La réponse est oui. C’est même ce qu’il se passe le plus souvent. On ne fait pas beaucoup attention à ces chiffres là. Je vous donne les chiffres du 12 janvier 2021.

Personnes infectées : 2 844 680

Guérisons : 208 997

Décès : 68 197

Une personne infectée est une personne chez qui le virus s’est développé. Parfois, la personne n’a pas de symptômes. Elle n’est pas malade. C’est ce qu’on appelle des porteurs sains. Ces personnes ne sont pas malades et elles ne peuvent donc pas guérir 🙂 Vous voyez vous-mêmes que la plupart des personnes infectées sont porteuses saines. Les guérisons ne représentent que 7% des personnes infectées. Les décès représentent seulement 2% des personnes infectées. En réalité c’est peut-être moins parce que des tas de personnes asymptomatiques n’ont pas été détectées. Ce n’est pas beaucoup 2% mais c’est beaucoup trop encore. Alors faisons ce que nous pouvons faire et qui fonctionne. Portons nos masques convenablement et lavons nous les mains. Et si vous voyez quelqu’un qui baisse le masque, grondez-le ! Même si c’est un professeur ou votre parent.

Le muséum d’histoire naturelle

Jeudi 8 Juin, An IV

Max : « Bonomou, tu as une sortie avec le schola demain. »

Le chevalier : « Oui Maxou. »

Max : « Tu sors avec quelle classe ? »

Le chevalier : « Une sixième. »

Max : « La classe de Teddy ? »

Le chevalier : « Oui 🙂 »

Max : « Où allez-vous ? »

Le chevalier : « Au Muséum. »

Max : « Au Muséum ? Le Muséum National d’Histoire Naturelle de la Ville-Capitale ? »

Le chevalier : « Celui-là même 🙂 »

Max : « Tu vas au Muséum Nationale d’Histoire Naturelle de la Ville-Capitale ! »

Le chevalier : « Oui 🙂 Voudriez-vous venir ? »

Max : « Tu nous proposes de venir, à nous, tes petizours naturalistes ? »

Le chevalier : « Oui Maxou 🙂 »

Max : « D’accord ! Je file prévenir les cousins ! LÉO ! SAMUEL ! DEMAIN NOUS ALLONS AU MUSÉUM ! AVEC TEDDY ! »

Léo et Samuel arrivent en courant.

Léo : « C’est vrai ? »

Le chevalier : « Oui 🙂 »

Samuel : « Kalisse ! Le muséum ! »

Léo : « Rhooo la chance ! »

Max : « Ben oui 🙂 Et en plus il y aura Teddy ! »

Léo : « Une classe de petizours ! »

Le chevalier : « Il y aura aussi de vrais élèves. Je compte sur vous pour être sages. »

Max : « Bonome, nous serons des petizours exemplaires ! »

Léo : « C’est promis ! »

Samuel : « On sera très sages. »

Le chevalier : « Pas de bavardages ? »

Max : « Ben si ! Bonome, les sorties de la schola se font pas en silence ! On est pas des Chartreux nous ! Mais on parlera pas pendant tes interminables explications soporifiques. »

Léo : « Et on chahutera pas pendant le trajet dans la grande calèche. »

Samuel : « Nous discuterons calmement et posément. »

Max : « Comme des gentillours 🙂 »

Le chevalier : « D’accord. Alors allez vous débarbouiller et au lit ! »

Max : « Oui bonome ! »

Léo : « Tu viendras nous border ? »

Samuel : « Et nous gratouiller le front ? »

Le chevalier : « Quand vous serez propres ! »

Le lendemain matin, 6h, le réveil sonne.

Max : « Bonome ! Debout ! Allez ! »

Léo : « C’est fini le dodo ! »

Samuel : « Saute dans tes chaussettes ! »

Le chevalier : « 😀 »

Léo : « Allez bonome ! »

Samuel : « Sinon on te chatouille ! »

Le chevalier : « Non, pas ça ! Vous portez déjà vos sacs à dos ? »

Max : « On est prêts nous ! »

Léo : « Allez, dépêche toi un peu si tu veux avoir le temps de caféiner en chemin ! »

Le chevalier : « D’accord… Départ dans trois minutes ! »

Pendant la chevauchée…

Max : « Dis, c’est grand le Muséum. Il y a la Grande Galerie de l’Évolution, les Serres, le Jardin des Plantes, la Ménagerie… »

Léo : « La Galerie de Minéralogie, celle de Botanique, l’Anatomie Comparée et la Paléontologie. »

Max : « Qu’est ce qu’on va visiter ? »

Le chevalier : « Le Jardin des Plantes et la Galerie d’Anatomie Comparée et de Paléontologie. »

Léo : « On va faire la botanique alors ! »

Samuel : « Et l’Anatomie ! Chouette alors ! »

Max : « On va voir des fossiles ! Des tas de fossiles ! Il y a des Dinosaures ? »

Le chevalier : « Oui Max. »

Léo : « Des Dinosaures ! Rhooo la chance ! »

Samuel : « Rholala ! Ça va être bien ! »

On est arrivés au rendez-vous tout énervés. Et on avait hâte de voir Teddy. Teddy, c’est notre camarade de classe quand on va à la schola. Souvent, dans sa classe, on papote tous les quatre. Même qu’une fois bonome nous a grondés parce qu’on perturbait ses cours. On a eu honte de nous et on s’est calmés très vite. Après, on chuchotait tout doucement.

Puis, on a attendu que tous les élèves arrivent. Ils sont gentils les élèves et ils sont tous arrivés à l’heure. Même avant l’heure. Et bonome a commencé à faire le chien de berger. Il est rigolo avec son troupeau d’élèves. Il tourne autour, les compte, les recompte, vérifie qu’ils vont bien, leur aboie dessus si ils sont pas sages ou qu’ils vont à droite ou à gauche. Un vrai chien de berger avec son troupeau 🙂 Et il dit des bêtises pour les faire rigoler 🙂 Il peut pas s’en empêcher. N’empêche, qu’à la fin de la journée, il est tout fatigué. En plus, là, il allait devoir faire le guide. Tu te rends compte Princesse ? Bonome a fait le guide au Muséum d’Histoire Naturelle de la Ville-Capitale ! Mais ça je te le raconterai après.

Là, il fallait qu’on s’installe dans la grande calèche. Mais il y avait plein de place alors on a pu prendre un siège pour nous quatre. Et on a papoté. Et puis, comme on parlait des loups, Léo s’est souvenu qu’il avait mis la revue Espèces dans le sac de bonome. Alors on a lu l’article sur le loup des Falklands. Regarde ! C’est nous ! On est sages non ?

Les petizours

avec leur copain Teddy.

En fait, on a pas vraiment lu. Moi j’ai discuté avec Teddy. Léo était plongé dans ses pensées. Il devait réviser l’anatomie ou la paléontologie dans sa tête. Il y a que Samuel qui lisait vraiment. Samuel, il est très sérieux. Il étudie encore plus que Léo. Mais c’est normal. Il est venu du Canada exprès pour être le petitours naturaliste de bonome et vivre de belles aventures avec nous. Mais bon, il sait quand même s’amuser. Et on s’entend très bien tous les trois. Avec Teddy aussi 🙂

Le Jardin des Plantes

La grande galerie de l’évolution

Nous sommes arrivés au Jardin des Plantes et bonome a commencé à faire le guide. Tout d’abord, il a expliqué le Pays des Zoisos. Parce que tout le monde comprend pas. Le Pays des Zoisos il est pas difficile à trouver parce qu’il est partout autour de nous. Bonome a demandé aux élèves de faire silence et d’écouter. Et on a entendu un merle. On l’a cherché et, forcément, on l’a trouvé.

Un merle noir

C’est un merle noir. Voilà, c’est comme ça le Pays des Zoisos. Les élèves étaient tout étonnés de voir un zoiso 🙂 Alors on a continué à écouter tous ensemble. Bonome a entendu une perruche à collier. Elles crient fort les perruches à collier et leur cri se reconnaît très bien. Il y en eu plusieurs qui sont venues se poser sur un prunus.

Une perruche à collier

Les élèves en revenaient pas de voir un si beau zoiso. Bien sûr, certains ont cru que c’était un perroquet. Mais bonome les a détrompé et ils étaient ravis d’avoir fait la connaissance des perruches. Les perruches ont crié et elles sont reparties. Mais les élèves, eux, avaient compris le Pays des Zoisos. Et après ils nous en ont signalé quelques uns. En vrai, nous, les petizours, on les avaient déjà repérés. Mais on leur a pas dit 🙂 Les étourneaux, on les avait vus depuis longtemps quand ils nous les ont montrés. C’est vraiment un beau zoiso l’étourneau. Là, il ramassait des insectes pour les apporter à ses petits.

Un étourneau sansonnet

Tiens, regarde Princesse comme c’est beau le Jardin des Plantes.

Le grand bâtiment du fond c’est la Grande Galerie de l’Évolution. Bonome a dit qu’il nous y emmènerait un jour. Tu vois les plantes à fleurs sur la foto ? A droite il y a le Buddleia. On l’appelle aussi l’arbre aux papillons parce qu’il attire beaucoup d’insectes. C’est une plante qui vient d’Amérique. Elle est arrivée au 19ème siècle et se plaît bien en Europe. A gauche, le rose c’est le tamaris. Bonome l’a présenté aux élèves. Les tamaris se plaisent beaucoup pas loin de la mer et, en été, ils parfument les chemins. Pour bonome, l’odeur du tamaris, c’est l’odeur de la mer 🙂 Puis il a expliqué la botanique aux élèves. En classe, ils avaient bien étudié la fleur et la pollinisation qui entraîne la transformation de la fleur en fruit qui contient une ou plusieurs graines. Il a montré tout ça à partir des fleurs et des fruits de Rosacées, comme les mûriers. On voit bien les étamines et les pistils dans les fleurs. Et c’est facile de voir les étapes de la transformation. Sur les mures pas mûrs on voit encore le style qui dépasse. Mais bon, je peux pas tout répéter dans mon blog. Surtout que bonome pouvait pas fotoer puisqu’il expliquait. Après, il a montré la famille des Astéracées. J’en ai souvent parlé de cette famille. Elles ont des capitules de fleurs. On a vu artichauts 🙂 Puis on a senti les plantes de la famille des Lamiacées. Souvent, elles sentent bon 🙂 Il y a la mélisse, la sauge et il y avait toute une allée avec des tas d’espèces de menthe 🙂 J’aime beaucoup la menthe moi 🙂 Bonome en a profité pour faire réviser la définition d’espèce. Je te la rappelle parce que c’est une définition importante : une espèce est un groupe d’individus qui se ressemblent et qui peuvent avoir une descendance féconde. C’est après qu’on a étudié le tamaris. Et il y a eu les coccinelle 🙂 Elles ont été fotoées sur les mains des élèves 🙂

Deux coccinelles asiatiques

On a pu discuter de la notion d’espèce. Parce que là, elles se ressemblent pas vraiment. Mais ce sont bien deux individus de la même espèce : la coccinelle asiatique. En scientifique elle s’appelle Harmonia oxydris. Cette espèce existe sous différentes formes qui différent par le nombre de tâches, leur couleur et la couleur de l’élytre. Les élytres sont les ailes dures qui protègent les ailes fines et membraneuses servant à voler. Les coccinelles ont dû comprendre qu’elles étaient en présence d’un maître et de ses élèves parce qu’elles ont bien montré leurs ailes avant de partir.

Puis, les élèves ont vu un gros zoiso noir. Alors ils ont dit que c’était un corbeau. C’est une erreur fréquente. Regarde Princesse !

Une corneille noire

Ben oui, ce sont des corneilles noires. En ville, il y a pas des corbeaux ! En plus, le bec de la corneille est bien dans le prolongement du front et il est presque de la couleur du plumage. Alors que chez les corbeaux, le dessus du bec fait un angle net avec le front et le bec est bien plus clair que les plumes ! Et les corbeaux vivent à la campagne, dans des milieux ouverts. On les voit surtout dans les champs.

Après, les élèves ont voulu aller observer les petites mares couvertes de nénuphar. Et ils vu des grenouilles ! Oulala ! Quelle aventure !

Une grenouille

Les grenouilles du Jardin des Plantes ont l’habitude de voir des zoms alors elles s’inquiètent pas du tout de leur présence ce qui fait qu’on les voit très bien. On les entend aussi 🙂 Comme on était très proches d’elle on a pu observer les sacs vocaux.

Tu as vu Princesse ? On les voit bien se gonfler. C’est très impressionnant ! Et quand ils se vident, l’air fait vibrer la membrane et ça donne le cri de la grenouille. Écoute un peu ça !

Bonome a beaucoup fotoé les grenouilles alors je remets une série de fotos 🙂

Dans la petite mare, il y avait des jolies plantes. Mais les élèves étaient trop intéressés par les grenouilles pour qu’on puisse faire la botanique. Mais on a quand même vu les syrphes. Les syrphes sont des mouches qui ont des rayures jaunes et noires pour faire croire qu’elles piquent. Mais elles piquent même pas !

Un syrphe des corolle sur une fleur de nénuphar blanc

Là, dans la fleur du nénuphar, il y avait un individu d’une espèce très courante : Euopodes corollae, Syrphidés. On langage courant on dit le syrphe des corolle.

Puis il y a eu la poule-d’eau.

Une poule-d’eau

D’habitude, dans les Royaumes, les poules-d’eau sont très craintives et elles se sauvent très vite. Celle-là a même pas fait attention à nous. Bonome avait demandé aux élèves de pas faire de bruit mais quand même ! 22 zoms juste à côté d’elle et elle était même pas inquiète ! Elle faisait sa toilette 🙂 Léo a demandé pourquoi ses pattes étaient jaune et rouge. C’est pas normal ça. Parce que, normalement, les pattes sont verdâtres. C’est même l’origine de son nom en scientifique : Gallinula chloropus. Chloropus ça veut dire pattes vertes. Mais bonome a pas su répondre. C’est peut-être comme ça les poules-d’eau de la ville…

Les petizours

Là, c’est nous, les petizours 🙂 On est au bord de la mare. Derrière nous il y a des prêles. Ce sont des plantes qui vivent dans des sols humides. Mais on a pas regardé l’espèce précisément : il fallait qu’on rejoigne les élèves… Ils en avaient assez de la botanique les élèves. Plus d’une heure ! C’est long pour des petits comme ça. Alors nous sommes allés sur les escaliers de la Grande Galerie et il y a eu récréation 🙂 Les élèves se sont livrés à des manifestations groupales compulsives dans un espace interstitiel de liberté. Princesse, si tu comprends pas la phrase précédente il faut pas t’inquiéter. C’est du langage des pédagogues de l’Éducation Nationale. Ceux qui sont dans des bureaux quelque part. On pourrait traduire en disant que les élèves ont chahuté pendant la récré 🙂 Nous, on en a profité pour explorer un peu. On a vu les serres…

le jardin…

…la statue du grand Buffon et une grande vertèbre 🙂

On sait pas à qui elle a appartenu cette vertèbre. Pas à un petitours en tout cas ! Sûrement à un Vertébrés négligeant qui laisse traîner ses affaires partout et qui, maintenant, doit avoir des problèmes de dos 🙂

Puis, on a admiré la façade de la Grande Galerie de l’Évolution.

La façade de la grande galerie de l’évolution

Elle est très belle cette façade, avec sa statue et ses médaillons représentants des grands scientifiques.

Au centre, il y a la représentation de la Science.

La représentation de la Science

Et, de part et d’autre, il y a les profils de grands scientifiques qui ont travaillé au Muséum. Je les ai pas tous mis. Et puis, je peux pas t’expliquer tout ce qu’ils ont fait pour la Science. Ce serait trop long. Il y a Buffon, Cuvier et Geoffroy saint-Hilaire…

et le chevalier de Lamarck, Brongniart et Antoine-Laurent de Jussieu.

Nous, on les connaît. Tu sais que bonome nous raconte parfois des histoires, le soir, pour nous endormir. Et il aime bien nous raconter les aventures de ces grands scientifiques et tout ce qu’ils ont apporté à la Science. Si tu veux, je pourrais te raconter un jour. Ou alors tu peux demander à Monsieur Internet. Il les connaît bien aussi 🙂 Puis on est retournés avec les élèves. Ils continuaient leur manifestation groupale compulsive 🙂 C’est comme ça les élèves. Et il faut bien dire que c’est ce qu’ils préfèrent dans les sorties scolaires 🙂 La grande calèche et les manifestations groupales compulsives. Pour plaisanter, bonome dit que c’est pas la peine d’organiser des sorties compliquées. Un long trajet en grande calèche et un peu de liberté sur une pelouse et les élèves sont contents 🙂 Nous, on a observé un pigeon ramier qui prenait le frais les pattes dans l’eau.

Un pigeon ramier

Il faisait même pas sa toilette. Il était juste les pattes dans l’eau 🙂 Puis, bonome a fotoé les élèves.

La foto de groupe

La foto de groupe ! Ils aiment bien aussi les élèves. Ça fait partie du rituel de la sortie scolaire 🙂

Une statue d’ours par un artiste

Les arènes de Lutèce…

Ensuite, bonome s’est dit qu’on pouvait tourister un peu dans la Ville-Capitale. Teddy savait pas ce que c’était tourister. Alors on lui a expliqué. Tourister c’est quand on se promène comme ça, les mains dans les poches, en sifflotant. C’est beaucoup plus simple que d’être naturaliste mais c’est intéressant quand même. Surtout que bonome est un peu historien aussi. Il connaît des tas de choses. Là il avait décidé d’emmener le groupe aux arènes de Lutèce. Lutèce, c’est l’ancien nom de la Ville-Capitale. Et on s’est mis en route. En chemin, on est passés devant la Grande Mosquée de la Ville-Capitale. Elle est très belle aussi.

La Grande Mosquée

La mosquée, c’est comme les églises pour les chrétiens mais c’est pour les musulmans. Ils vont faire la prière en commun là-bas, le vendredi, alors que les chrétiens vont à l’église le dimanche. C’est une grande différence ! C’est pour ça qu’il y a eu des tas de guerres entre les chrétiens et les musulmans ! Ben oui, forcément ! En plus, les musulmans mangent pas de porc alors que les chrétiens mangent de l’agneau à Pâques… Enfin… Les zoms sont comme ça. Toutes les occasions sont bonnes pour faire la guerre… Ils sont bêtes les zoms. Nous, les petizours, on s’en fiche ! On mange que du chocolat 🙂

Puis nous sommes arrivés aux arènes. Il y avait d’autres groupes d’élèves et des estrades pour des spectacles alors bonome a pas fotoé. Je peux pas te montrer les arènes Princesse. Il faut pas m’en vouloir. Mais je veux bien t’y emmener un jour, si tu veux. J’ai bien retenu les explications de bonome. Les arènes, ça fait pas longtemps qu’on les a découvertes. Vers le 19ème siècle. Elles étaient entièrement recouvertes par la terre et la végétation. Plus personne savait qu’elles existaient. Et puis, sous Napoléon III, le grand Hausmann a fait des travaux partout dans la Ville-Capitale. Il a fait percer des nouvelles avenues. Et c’est lors de ces travaux que les arènes ont été mises au jour. Certains voulaient les détruire pour faire des belles avenues mais elles ont été préservées. Et on peut les visiter maintenant. Comme ça, on sait comment vivaient les lutéciens de la Rome antique. Les arènes, c’est comme un stade d’aujourd’hui. Il y a des gradins pour les spectateurs et un endroit, au centre, pour les spectacles. Cet endroit, souvent rond ou ovoïde, est couvert de sable. Et c’est ce sable qui a donné sont nom à la construction. Parce que, en grékancien, le sable se dit arène. Ou quelque chose qui ressemble. Les arènes de Lutèce ont été construites au 1er siècle de notre ère et elles pouvaient accueillir 10 000 spectateurs. Elles servaient pour les combats de gladiateurs, les combats de fauves… On pouvait même transformer l’arène en stade nautique pour faire des combats sur l’eau. Tu te rends compte ? Et, le soir, elles pouvaient servir pour le théâtre. La conclusion de Samuel a été que les Lutéciens étaient des gens bizarres qui aimaient aller voir le sang couler dans la journée et se cultiver le soir et qu’ils devaient pas aller bien dans leur tête. On a tous été d’accord.

Là, c’est nous dans les gradins 🙂 Mais on aurait pas aimé voir le sang couler dans les arènes… Oulala non ! On est pas comme ça nous !

La fontaine du grand Cuvier…

Après, on est tous retournés au Jardin des Plantes. En chemin, bonome nous a montré la jolie fontaine construite en hommage au grand Cuvier. Regarde comme elle est belle !

La fontaine du grand Cuvier

C’est encore une représentation de la Science. Avec des tas de zanimos autour. J’aimerais pas être à la place du lapin 🙁 À la droite de la Science, il y a une chouette. Depuis la Grèce Antique, la chouette est le symbole de la sagesse. Parce que les scientifiques sont des gens sages. Enfin, normalement… Et, sous la Science, il y a des tas de zanimos qui représentent les grands groupes zoologiques actuels et éteints. Parce que le grand Cuvier, il était surtout zoologue et paléontologue.

Sur la première foto, tu peux voir des Mollusques. Il y a une ammonite et des cérithes. C’est pour représenter les fossiles. Puis, il a le groupe des Reptiles. Parce que, à l’époque, on savait pas que les Reptiles ça existe même pas 🙂

On voit bien le crocodile. Mais on voit aussi que le sculpteur était pas du tout naturaliste. Parce que sinon il aurait pas représenté la tête du crocodile dans cette position. Il peut pas faire ça le crocodile ! Quand même ! Monsieur le sculpteur ! Le crocodile, il a pas d’atlas et d’axis ! Il peut faire oui de la tête mais c’est tout ! Il peut pas faire non ! Et il peut pas tourner la tête comme ça ! Alors vous faites une statue en hommage à un grand naturaliste et vous faites une erreur de naturaliste débutant ! C’est pas sérieux monsieur le sculpteur ! Que va dire le grand Cuvier !

Retour au Jardin des Plantes…

Puis nous sommes arrivés au Jardin des Plantes. Et bonome a présenté un arbre. Ben oui, il connaît tous les arbres lui. Celui là est un peu particulier. C’est un platane planté vers 1785. L’un des plus vieux de France. Regarde ce bel arbre Princesse.

Le sol a été érodé alors on peut voir le sommet du système racinaire. C’est assez rare de voir ça. Ce platane appartient à l’espèce Platanus x hispanica = P. x acerifolia. Le x dans le nom indique que c’est une espèce hybride. Ben oui, la nature s’en fiche des définitions des zoms et il existe des hybrides fertiles. Après, on a vu un autre platane planté en 1785 mais celui là appartient à une espèce pas hybride : Platanus orientalis. Bonome pourrait parler des heures des platanes et de Pierre Belon (1517-1564) qui les a introduits en France. Un jour, j’écrirai un article là-dessus.

Puis on a vu les premiers bâtiments du Muséum, les plus anciens. Il y a le cabinet d’histoire naturelle (à gauche) et l’amphithéâtre (à droite).

On aperçoit aussi le long bâtiment qui abrite l’herbier du Muséum.

Puis, on a refait la botanique dans le Jardin des Plantes. Mais c’est un peu normal de faire la botanique au Jardin des Plantes 🙂 Les élèves voulaient revoir les grenouilles alors on est retournés à la petite mare. Mais cette fois, on a bien observé les végétos. Parce qu’on a avait été perturbés par un drôle de nénuphar. Léo en était tout chiffonné 🙂 Regarde un peu cette fleur Princesse !

C’est pas une fleur de nénuphar ça ! Pourtant ses feuilles ressemblent à celle des nénuphars. En lisant la notice, on a eu la solution ! C’est un faux nénuphar ! En fait, il appartient à la famille des Ményanthacées et il s’appelle Nymphoides peltata. Léo s’est déchiffonné d’un coup ! Il avait cru qu’il connaissait plus la botanique et que son cerveau avait tout fondu ! Pauvre Léo ! Teddy connaît pas la botanique et il comprenait pas que Léo soit tout chiffonné à cause d’une jolie fleur. Léo lui a expliqué un peu les Nymphéacées grâce au nénuphar blanc.

On voit bien que les Nymphéacées ont de nombreux pétales libres entre eux et beaucoup d’étamines. Alors que le faux nénuphar a que cinq pétales et qu’ils sont soudés. C’est pas du tout pareil ! Dans la fleur de nénuphar il y avait un autre syrphe commun lui aussi : Episyrphus balteatus. Encore une mouche à rayures qui fait croire qu’elle pique 🙂

Là, c’est nous sur le bord d’une mare 🙂

Après, on est allés voir une autre mare. Bonome a repéré une jolie plante à fleurs jaunes qu’il voulait présenter. Encore une de ses amies végétos 🙂 Sur cette jolie fleur, il y avait encore un syrphe. Mais je connais pas l’espèce et comme j’ai gravé cet article très rapidement j’ai pas eu le temps de faire des recherches approfondies. Il faut pas m’en vouloir Princesse, s’il te plaît. Il y avait aussi des petits Coléoptères inconnus puis un Episyrphus balteatus est venu lui aussi.

Un syrphe ceinturé sur une grande douve

Cette jolie plante à fleurs est la grande douve, Ranunculus linguae, Renonculacées. Les Renonculacées forment une grande famille dont je t’ai déjà présenté certains membre. On en reparlera un jour. Plus loin, on a croisé la delphinelle, Delphinium speciosum, une autre jolie Renonculacée.

La delphinelle

Puis il y a eu cette plante ! Bonome l’a tout fotoée pour la montrer à Coquelicot 🙂

Une argemone

Les coquelicots font partie de la famille des Papavéracées. Mais je vais pas t’embêter avec la botanique. Ce coquelicot blanc vient d’Amérique du sud et on l’appelle l’argemone, Argemone mexicana. Et c’est une très belle plante 🙂 Sur la foto suivante on voit une fleur dont il manque une partie des constituants et ça fait comme une coupe. Du coup, on voit bien son organisation.

Le jardin alpin…

A ce moment, les élèves en pouvaient plus d’écouter sagement. Alors bonome les as lâchés dans la nature 🙂 « Allez vous perdre les élèves comme ça je serai tranquille avec mes petitzours 🙂 » Ils ont eu quartier libre et ont repris leurs manifestations groupales compulsives 🙂 Et nous, nous sommes allés au Jardin Alpin, un petit jardin caché et très très beau.

Le jardin alpin

C’est Léo qui a vu le premier les nénuphars rouges 🙂 Et sa mâchoire s’est décrochée. Teddy et Samuel se sont moqués de lui avant de voir la fleur. Après, ils sont restés cois.

Après quelques instants on a eu droit à une série de jurons canadiens que la décence m’interdit de répéter ici. Et on a beaucoup ri 🙂 Le panonceau ne donnait pas le nom complet de ce très beau nénuphar rouge. Il y avait juste : Nymphaea « Escarboucle » Nympheacées.

Puis on a croisé des plantes carnivores. Il y a peu de plantes carnivores en France. Une demi-douzaine d’espèces tout au plus. Ce sont des plantes qui vivent sur des sols pauvres en azote. Alors elles prennent l’azote des zanimos. Là on voit deux types de pièges à zanimos.

Il y a les outres remplies de sucs digestifs et les feuilles transformées qui se referment sur la proies.

Puis on a fait une courte pause sur des éboulis calcaires.

Ensuite, on a vu des plantes adaptées à la sécheresse.

Là, tu peux voir des agaves, des aloés et les Opuntias. Elles appartiennent à trois familles différentes. Je vais pas tout expliquer, ce serait trop long. Mais si tu veux, tu peux poser des questions Princesse et je t’y répondrai. J’ai mis les fotos parce que je les trouve très belles ces plantes. Même si elles piquent ! Aïe ouille !

Mais on a pas pu rester longtemps dans le jardin alpin. Il fallait retourner auprès des élèves. En chemin on a revu les serres.

Les serres

Et on a négocié une visite cette été 🙂 Mais sans les élèves 🙂 Puis, bonome a refait le chien de berger pour rassembler le troupeau et le conduire à la Galerie d’Anatomie Comparée et de Paléontologie.

En chemin, on a vu un gigantesque hôtel pour insectes.

Un hôtel à insectes

Il faudrait qu’on en construise un pour mettre à la schola… Je vais essayer d’en parler à la directrice un jour…

Puis, on est passé le long de la ménagerie et on a vu lui 🙂

Un panda roux

Un panda roux ! Tu te doutes que Léo a rholalaé et que Samuel a juré en canadien 🙂 Teddy a beaucoup rigolé 🙂 Mais il était très impressionné lui aussi. Le panda roux est pas un panda. Il est le seul représentant actuel de sa famille : les Ailuridés. En scientifique, il s’appelle Ailurus fulgens. Le panda roux est bambouvore 🙂 Les jeunes pousses de bambou représentent 80 % de son alimentation. Mais il peut manger des insectes et même des oisillons. Mais on le laissera pas faire ! Çavapalatête ! Il faut pas manger des oisillons ! Comme les pandas, le panda roux a comme un sixième doigt. Mais c’est pas vraiment un doigt. C’est un os du poignet qui est très développé et qui aide à tenir le manger pour le porter à la bouche. C’est à cause de ça que pendant longtemps le panda roux a été classé dans la famille du panda. Mais c’était une erreur. C’est la génétique qui a permis de le prouver. Après plusieurs minutes d’observation du panda roux, on a repris le chemin de la galerie.

La Galerie d’Anatomie Comparée…

Normalement c’était visite libre. Mais avec des petits comme les sixièmes c’est pas une bonne idée. Alors bonome a décidé de faire le guide, de laisser les élèves libres, de faire le guide, de laisser les élèves libres et ainsi de suite. Dans la Galerie d’Anatomie, il y a beaucoup des squelettes. Mais il y a aussi l’anatomie interne. Je vais pas tout expliquer Princesse. Si tu veux, un jour, bonome te fera la visite.

La galerie d’anatomie comparée

D’abord bonome a présenté les cinq grands groupes de Vertébrés comme on les présentait au siècle dernier : les Poissons, les Amphibiens, les Reptiles, les Zoisos et les Mammifères. Il faut plus enseigner ça mais la Galerie montre la science comme elle était au moment de sa création. Après, il a parlé de l’organisation du squelette des Vertébrés et du membre chiridien. C’est rigolo de voir que les os d’un membre supérieur humain sont les mêmes que ceux d’une chauve-souris, d’un chien ou d’une baleine 🙂 On a vu des crocodiles, des tortues, des serpents… Ou plutôt leur squelette. Et des tas de zanimos. Puis il y a eu temps libre pour les élèves. Moi j’ai fait un selfie 🙂

Le selfie de Max

Et puis on est allés voir les zoisos 🙂 En passant, bonome a fotoé des crânes d’otaries. Je sais pas pourquoi. Puis il m’a dit qu’il voulait que je mette les fotos dans mon blog. Sans me dire pourquoi. Comme je suis un gentil petitours je fais ce qu’il m’a demandé. Voici donc les crânes d’otaries Princesse.

Des cranes d’otaries

Et là, c’est la vitrine des zoisos 🙂

La vitrine des zoisos

Là, ce sont les Threskiornithidés. Je t’en ai déjà parlé. Il y a les spatules et les ibis.

A droite il y a une spatule blanche. On l’avait jamais vu comme ça 🙂 Puis j’ai demandé à bonome de tout fotoer. Comme ça, on pourra étudier dans la cabane. Ci-dessous, tu peux voir le crâne de d’une autruche, celui d’un casoar, d’un flamant rose et d’un toucan.

Des cranes de zoisos

Même en squelette, c’est beau un zoiso 🙂 Puis on est allés voir les Cétacés. C’est Teddy qui voulait. Léo a expliqué que les Cétacés sont fréquents sur les côtes du Canada mais qu’il en a jamais vu quand même. Forcément, il vient du zoo du Lac Saint Jean !

Les Cétacés sont des Mammifères marins. Ce sont pas des poissons. Pas du tout même ! Bonome nous a expliqué que, vers 50 millions d’années avant nos jours, il existait un zanimo appelé Pakicetus. Ce zanimos vivaient en bord de mer. Et il est à l’origine du groupe des Cétacés. Mais il est aussi à l’origine des hyènes ! Tu te rends compte Princesse ! Ça veut dire que les Cétacés et les hyènes sont cousins ! Rholala ! C’est bien d’apprendre des choses comme ça ! Puis la baleine nous a dit que c’était trop long comme exposé. « C’est assez » nous dît la baleine !

Puis bonome a rassemblé le troupeau et nous sommes montés tous ensemble à la Galerie de Paléontologie. En montant, il y a un balcon qui permet de voir toute la galerie d’anatomie comparée. Là, j’ai seulement mis le côté où il y a les Cétacés.

La Galerie de Paléontologie…

En paléontologie, bonome a fait court pour les élèves. Il a expliqué la fossilisation et quelques groupes comme ça. Il a montré un crocodiliens des temps anciens : Sarcosuchus imperator. Un petit crocodile de seulement 15 mètres de long 🙂 Il date d’il y a 112 millions d’années à l’époque du Crétacé. Il en a profité pour nous annoncer officiellement que cet été il nous emmènerait dans les Alpes pour voir des traces fossiles qui datent du Trias vers 210 millions d’années. A ce qu’il parait, il y a des empreintes de Protosuchus, un ancêtre des crocodiles ! Léo a failli s’évanouir. Je crois bien que Teddy aimerait venir avec nous. Puis on a vu le Triceratops. Je te le montrerai plus tard. Mais les élèves, ils voulaient surtout voir les dinosaures puis s’asseoir sur un banc pour papoter. Parce que la sortie scolaire ça les épuise. A ce moment là, ils étaient plus vraiment capables de suivre des explications. Alors il ont eu un nouveau quartier libre. Et nous, on a visité. Bonome a filé voir des zanimos bizarres du Dévonien. Le Dévonien c’était entre 410 et 365 millions d’années avant nos jours. Bonome avait déjà 600 millions d’années à l’époque 🙂 Tu aurais dû le voir dans le musée. Il faisait semblant d’être calme mais il jubilait. « Venez je vais vous montrer les ostracodermes et les placodermes. Botriolepis ! Céphalaspis ! Regardez moi ça ! Comme c’est beau ! Et Dunkleosteus ! » Oui, parce qu’il a pas besoin de lire les étiquettes pour reconnaître les fossiles ! Bonome, il les connaît tous ! Forcément, il les a vu naître ! Quand je pense qu’il a nagé dans les même eaux que Dunkleosteus ! Il pouvait mesurer 10 mètres de long Dunkleostus ! Regarde un peu ce zanimos Princesse !

Dunkleosteus

La quatrième foto montre une reconstitution. Il avait pas des os à l’arrière du corps Dunkleosteus. Mais il aurait pu couper bonome en deux d’un seul coup de mâchoire ! Parce que Dunkleosteus il avait une mâchoire ce qui n’est pas le cas des autres que j’ai cité : Brotriolepis et Cephalaspis. Les voici :

Botriolepsis et céphalaspis

Puis, il tenait absolument à nous présenter Eryops megacephalus. C’est presqu’un amphibiens mais pas vraiment. Il date du Permien. C’était entre 295 et 248 millions d’années avant nos jours.

Eryops megalocephalus

Cette reconstitution est un peu fausse. En réalité, on a découvert après qu’il avait que quatre doigts à la main ce zanimo. Bonome, il aime beaucoup Eryops. Ils ont sûrement été amis autrefois 🙂

Mais moi, je voulais voir les dinosaures ! Alors il nous en a présenté quelques uns. Je peux pas expliquer ce que c’est un dinosaures parce que c’est compliqué. D’après les scientifiques, on appelle dinosaures tous les zanimos qui, dans un arbre phylogénique, se situent entre le triceratops et la mésange bleue. Mais ça, c’est une définition de scientifique que personne comprend. Comme il y a un triceratops dans la galerie, ça nous a donné l’occasion d’aller voir les dinosaures 🙂

Le triceratops date du Cretacé. En vrai, des triceratops il y en a eu beaucoup d’espèces pendant longtemps. Certaines avaient une seule cornes, d’autres deux, trois ou même cinq ! Tous ont une collerette osseuse. Et leur grande particularité est d’avoir le crâne qui s’articule sur la colonne vertébrale par une boule. Regarde.

Le crane d’un Tricératopsidé

Cette boule permet à la tête de tourner dans tous les sens. Les Triceratopsidés étaient de paisibles herbivores dans un monde de brutes peuplé de redoutables prédateurs. Ils avaient juste leurs cornes pour se défendre. Alors c’était vraiment une bonne idée de pouvoir tourner la tête dans tous les sens pour pouvoir se défendre. Les recherches actuelles montrent que les mâles avaient des couleurs très voyantes au niveau de la collerette au moment de la parade. Pour plaire aux femelles 🙂

Parmi les redoutables prédateurs il y avait les allosaures. Je me souviens plus de quand ils datent les allosaures. Tant pis. Regarde un peu ces dents !

Un allosaure

Ils sont proches des tyrannosaures que tout le monde connaît. Il y a juste un crâne de tyrannosaure ici. Bonome l’a fotoée mais la foto est floue alors je te la montre pas.

A la fin du Crétacé, vers 70 millions d’années, il y avait aussi Carnotaurus sastrei. Un autre redoutable prédateur.

Un carnotaurus

On voit qu’il a deux excroissances osseuses sur le sommet de son crane. C’est ce caractère qui lui a donné son nom : reptile à tête de taureau 🙂 Et dire que bonome a connu l’époque des dinosaures !

Puis bonome a voulu nous montrer quelques Mammifères de l’ère tertiaire. Il nous a dit : « Venez voir le Glyptodon. Vous allez l’aimer 🙂 »

Un glyptodon

C’est un gros zanimos qui a une groooosse carapaces formées d’os dermiques. C’est rigolo 🙂

Puis il nous a montré le mammouth. Tout le monde connaît les mammouths. Mais peu de gens savent que c’est probablement la découverte de leur crane fossile qui est à l’origine du mythe des cyclope. Regarde un peu son crane Princesse.

Un mammouth

Tu vois le gros trou au milieu ? Ben oui, tu es pas aveugle. C’est la trompe qui arrive là. La trompe, c’est le nez des Proboscidiens (c’est le groupe des éléphants). Et il y a un trou dans le crane pour laisser passer tous les nerfs, les vaisseaux sanguins… Par contre, on voit pas bien les orbites qui sont sur le côté. Alors, sans les défenses, on peut croire qu’il n’y a qu’une seule orbite centrale. D’où le mythe des cyclopes 🙂 Il en connaît des choses bonome 🙂 Teddy était très impressionné. Le dernier zanimos qu’il voulait nous montrer était le Mégacéros. C’est comme un cerf mais gigantesque.

Un mégacéros

Il mesure très haut de haut et ses bois peuvent atteindre plus de trois mètres d’envergure. Et ça, c’est embêtant quand on se promène en forêt parce qu’on passe plus entre les arbres. Ben voilà ! C’est ça de vouloir draguer les femelles en se laissant pousser les cornes !

Après ça, bonome a de nouveau rassemblé le troupeau pour le mener à l’étage du dessus.

La galerie de paléontologie

Là haut, il y a les Invertébrés. Il faudrait pas dire les Invertébrés parce qu’en systématique il faut pas utiliser des critères négatifs. N’empêche que c’est bien pratique comme mot. Les élèves en pouvaient plus. Ils étaient tout fatigués. Alors bonome a même pas fait de visite guidée. Il les a laissés libres. Et nous, on a visité 🙂

On a vu les Echinodermes…

Des échinodermes fossiles

Même qu’il y avait un beau fossiles des racines des crinoïdes datant du Silurien (environ 435 à 408 millions d’années).

Un crampon de crinoïde datant du Silurien

Puis Léo a voulu faire des selfies 🙂 C’est rare qu’il veuille se faire fotoer. Je crois que c’était pour se moquer de moi 🙂 Mais je les mets quand même 🙂

Puis on est allés voir les ammonites.

Les petizours parmi les ammonites

C’est Léo qui a expliqué les ammonites à Teddy. Nous, on connaît. On en a trouvé en Normandie 🙂

Puis il a fallu partir. Il y a eu un nouveau rassemblement du troupeau. En descendant les escaliers on a eu une drôle de surprise. Bonome s’attendait à nos réactions. Et il a rigolé quand on l’a vue ! Regarde un peu cette ammonite Princesse !

Une énoooorme ammonite 🙂

Elle fait beaucoup de petizours ! Les ammonites sont des Céphalopodes. Elles ont donc des tentacules couverts de ventouses autour de la bouche. Ils leur servent à attraper leurs proies et à les porter à la bouche. A leur bec plutôt. Parce qu’elles ont un bec qui ressemble à un bec de perroquet. Pour faire simple, les tentacules ont une longueur équivalente au diamètre de la coquille. Tu imagines un peu ? Rholala ! Et bonome dit que les plus grandes ammonites découvertes ont un diamètre de 3 mètres 50 cm ! Je sais pas comment il fait pour survivre dans les mers de l’ère secondaire peuplées de tas d’ammonites. Mais bon, il survit depuis un milliards d’années maintenant…

Le retour…

Voilà, c’est la fin de la visite. On est retournés à la grande calèche. Les élèves étaient très agités dans la grande calèche. C’était à cause de la fatigue. Nous on a papoté. Regarde 🙂

Teddy nous a posé des tas de questions. Il aime beaucoup la nature Teddy. C’est notre copain 🙂 Mais on a pas fait que papoté. Bonome nous signalait les beaux bâtiments de la Ville-Capitale : la Grand Eglise…

La Grand Eglise Notre Dame

la préfecture de police, le Louvre, l’Assemblée Nationale et la Place de la Concorde…

Puis on est revenus à la schola et c’était la fin de la sortie scolaire. On a dit au revoir à Teddy et on est rentrés.

Au retour, on a regardé les fotos. Bonome en a pas fait beaucoup : à peine plus de 500 🙂 Mais il avait pas que ça à faire. Il devait faire le chien de berger et le guide. Tu vois Princesse, bonome a fait le guide au Muséum 🙂 C’est vraiment un grand chevalier ce bonome.

Je t’embrasse Princesse, et j’espère que tu vas bien.

Les sorties scolaires

Bonjour à tous !

Comme je suis maître-assistant à la schola il m’arrive d’accompagner des sorties scolaires. J’en ai déjà fait plusieurs et j’ai rédigé quelques articles. Alors je me suis dit que je pouvais les publier et les mettre en évidence. Comme cela ceux qui ont eu la chance d’y participer pourront revivre ces sorties et ceux qui n’ont pas pu venir pourront y participer quand même un peu.

Bonne lecture !

Max  Petitours 🙂