Blog

La respiration du poisson rouge

Max : « Bonjour à tous ! Enlevez vos blousons, asseyez vous et sortez vos affaires ! »

Samuel et Léo : « Bonjour monsieur Max ! »

Max : « Bonjour… Je ne sais pas si vous allez encore trouver que c’est un bon jour après ce que je vais vous annoncer. Mes petits sortez une feuille ! Je vais vous donner un exercice que vous ferez seuls afin que je vois si vous avez bien étudié et bien compris. »

Samuel : « C’est une interro ? »

Léo : « C’est noté ? »

Max : « Éternelles questions des élèves… Oui et oui. Dépêchez-vous un peu ! »

Samuel et Léo : « Oui monsieur Max ! »

Max : « Voici le sujet… »

5 5 La respiration d’un poisson

Max : « Vous avez 30 minutes avant que je ne ramasse les copies. Travaillez bien 🙂 »

Trente minutes plus tard…

Max : « C’est terminé ! Posez vos stylos ! Je ramasse les copies puis je vous ferai la correction. »

Léo (à Samuel) : « Tu as réussi ? »

Samuel (à Léo) : « Ben oui ! C’était trop facile ! Et toi ? »

Léo : « Ouiiii 🙂 On avait déjà tout fait ! »

Max : « Mes petits vous avez bien travaillé. Vous pouvez aller en récréation vous dégourdir les pattes 🙂 »

Samuel et Léo : « Au revoir monsieur Max ! »

Séance suivante

La correction du devoir

Max : « Bonjour à tous ! Enlevez vos blousons, asseyez vous  et sortez vos affaires. Nous allons corriger le devoir maison. »

Léo : « Vous ne nous le rendez pas tout de suite monsieur Max ? »

Max : « Non, sinon vous passeriez votre temps à compter les points et contester vos notes. Écoutez plutôt la correction. Quand je vous ai donné ce devoir nous avions vu quatre définitions : caractère spécifique, caractères acquis, caractères héréditaire et espèce. Bien évidemment il fallait se servir de ces définitions pour réussir le devoir. »

Léo : « Monsieur Max, le devoir ne portait pas du tout sur la notion d’espèce. »

Max : « Nous pouvons donc mettre de côté les définitions d’espèce et de caractère spécifique. Samuel, pourrais-tu nous redonner les deux autres définitions ? »

Samuel : « Un caractère acquis est un caractère qui peut apparaître au cours de la vie. Il dépend de l’environnement et peut être réversible. Un caractère héréditaire est un caractère qui est présent dans toutes les générations, ou presque, d’une famille et qui est indépendant de l’environnement. »

Max : « Très bien Samuel. Nous allons donc utiliser ces définitions. »

Exercice n°1 : Un caractère dans une famille.

Max : « La première question ne posait pas de problème. Sauf pour les étourdis qui ne lisent pas les questions et qui n’ont donc pas complété l’arbre généalogique. Il ne fallait pas oublier de mettre un titre au document et surtout de faire une légende ! Il faut toujours donner un titre et faire une légende ! »

Samuel : « Vous ne faites pas la correction de l’arbre généalogique monsieur Max ? »

Max : « Non, c’est inutile. Passons à la troisième question. Demandons-nous si l’hypertrichose des oreilles vérifie la définition d’un caractère acquis ou d’un caractère héréditaire. Léo, nous t’écoutons. »

Léo : « L’hypertrichose des oreilles est un caractère physique mais il ne dépend pas de l’environnement. Quelque soit l’endroit où on se trouve les poils dans les oreilles sont présents ou absents. Ce n’est donc pas un caractère acquis. »

Max : « Bien Léo. Samuel… »

Samuel : « L’hypertrichose est un caractère physique, présent dans toutes les générations de cette famille et c’est indépendant de l’environnement. On peut dire que c’est probablement un caractère héréditaire.« 

Léo : « Et on peut ajouter qu’il ne touche que les hommes. »

Max : « Très bien. Passons à l’exercice suivant. »

Exercice n°2 : Deux familles.

Max : « La première question est très simple. »

Léo : « Le caractère commun à ces deux familles est l’hypertension artérielle.« 

Max : « Oui Léo. Passons à la deuxième question. Il fallait faire attention en la lisant. On ne vous disait pas d’affirmer que c’est un caractère héréditaire mais de donner des arguments en faveur d’une transmission héréditaire. Qu’est ce qui peut nous faire penser que c’est héréditaire ? Reprenons la définition. Léo… »

Léo : « L’hypertension artérielle est un caractère physique présent dans toutes les générations dont parle l’énoncé pour les deux familles. On peut supposer que c’est héréditaire. »

Samuel : « Mais il ne faut pas l’affirmer. Parce que, dans la famille de Marc, un changement d’alimentation a fait disparaître l’hypertension artérielle. »

Léo : « Mais dans la famille de Jean on précise bien que l’environnement n’y est pour rien puisque, je cite, ‘les conditions de vie sont différentes‘. »

Max : « Très bien. Vous pouvez donc répondre à la dernière question. Samuel, la famille de Jean… »

Samuel : « Dans la famille de Jean, l’hypertension est un caractère physique, présent dans toutes les générations de la famille et c’est bien indépendant de l’environnement. On peut dire que c’est probablement un caractère héréditaire.« 

Léo : « Dans la famille de Marc, c’est un caractère physique présent dans toutes les générations mais il dépend de l’environnement puisqu’un régime appauvri en sel l’a fait disparaître. C’est réversible. Je peux affirmer que c’est un caractère acquis.« 

Max : « Bravo ! Vous voyez qu’un même caractère peut-être héréditaire ou acquis. La seule façon de savoir est de bien vérifier les définitions. Passons au troisième exercice. »

Exercice n°3 : Deux caractères.

Max : « Encore une fois, la première question est très simple. Léo, c’est à ton tour de répondre. »

Léo : « Dans la famille de Victor, trois générations sont touchées alors que dans celle de Marion il n’y en a que deux.« 

Max : « Samuel, question suivante. »

Samuel : « Nous voyons que dans la famille de Victor, le caractère est présent dans toutes les générations et qu’il touche les deux sexes alors que dans la famille de Marion, il touche presque toutes les générations et seuls les hommes sont atteints.« 

MAx : « Qui veut terminer la correction ? »

Léo : « Moi monsieur Max ! »

Max : « Léo, nous t’écoutons. »

Léo : « Nous voyons que ces deux caractères sont des caractères physiques présents dans presque toutes les générations des deux familles et qu’ils ne dépendent pas de l’environnement. On peut donc dire qu’ils sont probablement héréditaires.« 

Max : « Bravo ! Je peux maintenant vous rendre vos copies. Mais le plus important n’est pas la note. Le plus important est de comprendre vos erreurs pour ne plus les refaire. Si vous n’avez pas de questions vous pouvez ranger vos affaires. N’oubliez pas de revoir vos leçons et la correction de ce devoir. « 

Radiographie de la main gauche d’un individu atteint de polydactylie postaxiale (source : Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=120504)

Séance suivante

Caractères héréditaires et caractères acquis (Leçon)

Max : « Bonjour à tous ! Enlevez vos blousons, asseyez vous et sortez vos affaires. »

Samuel et Léo : « Bonjour monsieur Max ! »

Max : « Bonjour mes petits 🙂 Qui veut faire le petit rappel ? »

Samuel et Léo : « Moi monsieur ! Moi ! »

Max : « Le choix est difficile… Samuel tu commences. »

Samuel : « Nous avons vu que dans une espèces les individus sont tous pareils et tous différents 🙂 Léo et moi sommes des petitours. Nous avons donc les caractères spécifiques des petizours. Nous sommes pareils 🙂 Mais il y a des variations des caractères spécifiques entre nous. Mon pelage est blanc alors que celui de Léo est beige. »

Max : « Oui Samuel. Peux-tu nous rappeler ce qu’est un caractère spécifique ? »

Samuel : « C’est un caractère propre à une espèce c’est-à-dire qu’on le trouve que dans une espèce et pas chez les autres. »

Max : « Merci petit Sam. Léo, veux-tu faire la suite ? »

Léo : « Je veux bien mais c’est l’activité notée et nous n’avons pas fait la leçon encore. »

Max : « Tu vas y arriver 🙂 « 

Léo : « Nous avons vu qu’il existe des caractères qui apparaissent au cours de la vie et qui dépendent de l’environnement. Parfois, ils sont réversibles. Il me semble que ce sont les caractères acquis. Puis il y a des caractères qui dépendent de la famille. On peut les recevoir à la naissance. Ce sont les caractères héréditaires. »

Max : « C’est très bien Léo ! Bravo à tous les deux ! Je peux faire la leçon. Prenez vos cahiers et notez. »

II. CARACTÈRES HÉRÉDITAIRES ET CARACTÈRES ACQUIS.

Un caractère héréditaire est un caractère physique qui est présent dans presque toutes les générations d’une famille et qui est indépendant de l’environnement et irréversible.

Exemples : Couleur de la peau, des cheveux…

Un caractère acquis est un caractère physique qui apparaît au cours de la vie. Il dépend de l’environnement et peut-être réversible.

Exemples : Bronzage, masse corporelle, cicatrice…

Exemples de rédaction :

La capacité à rouler la langue en U est un caractère physique. On voit qu’il est présent dans toutes les générations de la famille d’Arthur et c’est indépendant de l’environnement. On peut supposer que c’est un caractère héréditaire.

Le bronzage est un caractère physique qui dépend de l’environnement et qui est réversible. C’est donc un caractère acquis.

Max : « J’insiste sur le fait que nous n’étudions que des caractères physiques. Avez-vous des questions ? »

Léo : « Non monsieur Max. »

Max : « Alors sortez vos agendas et notez pour la prochaine séance qu’il y a un devoir à faire à la maison. Ensuite, vous pourrez ranger vos affaires. »

3A C1 DM

Samuel : « Monsieur Max, le devoir sera-t-il noté ? »

Max : « Oui Samuel. Sinon, vous ne travailleriez pas sérieusement. Je vous connais. Moi aussi j’ai été élève 🙂 »

Compétences évaluées par le D.M. :

Séance suivante

Caractères héréditaires et caractères acquis

Max: « Bonjour à tous ! Enlevez vos blousons, asseyez vous et sortez vos affaires. Tout le monde est là ? Alors commençons par des rappels. Qui veut nous remettre en mémoire ce que nous avons vu la séance précédente ? Samuel peut-être ? »

Samuel : « Oui monsieur Max. Nous avons vu que tous les individus d’une même espèce ont des caractères communs qu’on ne retrouve pas dans les autres espèces. Ce sont les caractères spécifiques. Et il existe des variations individuelles de ces caractères spécifiques qui font que chaque individu est unique. Comme a dit le grand monsieur André Langaney : ‘Tous pareils, tous différents ! »

Léo : « Monsieur Max, Samuel n’a pas rappelé la définition d’espèce. Puis-je le faire ? »

Max : « Bien sûr Léo. »

Léo : « Une espèce est un groupe d’individus qui se ressemblent et qui peuvent avoir une descendance féconde. »

Max : « Très bien à tous les deux. Aujourd’hui vous allez découvrir par vous mêmes deux autres types de caractères en travaillant en autonomie. »

Léo : « C’est noté monsieur Max ? »

Max : « Oui Léo, ce sera noté. Lisons ensemble les documents. « 

LE SUIVI DES CARACTÈRES AU FIL DES GÉNÉRATIONS
Certains individus peuvent rouler leur langue en U. Cette capacité dépend de la présence de muscles contrôlant les mouvements de la langue.

Doc. 1 : Arbre généalogique de la famille d’Arthur.

INFLUENCE DE L’ENVIRONNEMENT SUR LES CARACTÈRES
Le saturnisme est une maladie infantile due à une intoxication par le plomb. Les enfants s’intoxiquent en ingérant des écailles ou des poussières de vieilles Peintures à base de plomb venant de murs de logements en mauvais état.

Une intoxication sévère provoque des troubles graves du système nerveux. Un traitement approprié permet aux enfants intoxiqués de guérir. Cette maladie n’est pas transmise aux futurs descendants de ces enfants.

Doc. 2 : le saturnisme

Suite à un entraînement intensif, la masse musculaire d’un sportif peut considérablement augmenter. Mais, si le sportif cesse de pratiquer intensément, sa masse musculaire va diminuer.

Doc. 3 : Développement musculaire suite à la pratique du SPORT.

Le bronzage correspond à un changement de pigmentation de la peau suite à une exposition prolongée au soleil.

Doc. 4 : Le bronzage.

Max : « Bien, ce document vous présente quatre caractères physiques. Les caractères présentés dans les documents 2, 3 et 4 peuvent être étudiés ensemble. Voici les questions.

Quels sont les quatre caractères présentés ?

De quoi dépendent-ils ?

Sont-ils transmis à la descendance ?

Sont-ils réversibles ?

Vous avez 20 minutes. »

Évaluation 1

Max : « Bien, je ramasse les copies. Léo… Samuel… Bon, mes petits, vous pouvez aller vous reposer en récréation. »

Samuel et Léo : « Au revoir monsieur Max ! »

Compétence évaluée :

Séance suivante

« Tous pareils, tous différents ». 1-Tous pareils

Max : « Bonjour à tous ! Enlevez vos blousons, asseyez-vous et sortez vos affaires. Je vois que vous êtes tous là. Nous pouvons commencer. »

Léo : « Monsieur Max, pourriez-vous nous dire par quoi nous allons débuter cette année ? »

Max : « Bien sûr Léo. Nous allons nous intéresser à l’unité et à la diversité des êtres vivants. Commençons par un paradoxe. Le grand scientifique André Langaney a dit, en parlant des humains : Tous pareils, tous différents.’ Pouvez-vous m’expliquer cette phrase ? »

Samuel : « Moi monsieur Max ! Ça veut dire que tous les humains ont des choses en commun mais que les détails sont différents. »

Max : « Oui Samuel. Léo, aurais-tu des précisions à ajouter ? »

Léo : « Je ne sais pas comment le dire monsieur Max. Les humains ont tous la même forme. Ils ont les mêmes organes aux mêmes endroits mais pourtant ils ne sont pas tous pareils. »

Samuel : « Ce que dit Max est valable aussi pour les autres espèces. N’est ce pas monsieur Max ? »

Max : « Tout à fait Samuel. Pourrais-tu nous rappeler la définition d’espèce ? »

Samuel : « Une espèce est un groupe d’individus qui se ressemblent et qui peuvent avoir une descendance féconde.« 

Max : « Très bien Samuel. Pourriez-vous me dire comment on reconnaît un individu appartenant à l’espèce humaine ? « 

Léo : « Euh… »

Samuel : « Je le reconnais quand j’en vois un mais je ne saurais pas expliquer. »

Max : « C’est parce qu’il vous manque la méthode. Pour définir une espèce il faut rappeler tous les groupes auxquels elle appartient. »

Léo : « Il faut faire la classification des humains sous formes de groupes emboîtés alors ? »

Max : « Oui Léo 🙂 « 

Samuel : « Je sais ! Je sais ! L’Homme est un Vertébré ! »

Max : « Oui Samuel. Mais je préférerais que vous donniez le caractère qui définit le groupe. Le nom de groupe n’est pas toujours important. Et ces noms sont parfois difficiles à retenir. »

Samuel : « Oui monsieur Max. L’humain a un squelette. On peut donc le placer dans le groupe des Vertébrés. »

Max : « Oui Samuel. Voici un premier groupe avec quelques exemples de Vertébrés. »

Léo : « Ils ne sont pas tous pareils ces Vertébrés 🙂 « 

Samuel : « Il va falloir affiner 🙂 « 

Léo : « Monsieur Max, pourriez-vous nous dire ce qu’est un cœlacanthe ? Je ne connais pas cet animal moi. »

Max : « C’est prévu ! Voilà ! »

Un cœlacanthe (Daniel Jolivet)

Détail du squelette de la nageoire

Léo : « C’est un drôle de poisson ça… »

Samuel : « Il a les mêmes os que nous ! Radius et cubitus… On en a aussi monsieur Max ! »

Max : « Les Peluchiformes n’ont pas d’os 🙂 Mais oui, son squelette est particulier. Nous verrons cela plus tard. En quoi un squelette est-il fait ? »

Léo : « Ben… En os ! »

Samuel : « Pas toujours ! Je sais ! Il peut être en cartilage ! Les requins ont un squelette en cartilage ! »

Max : « Les raies également. »

Léo : « Alors il faut faire deux groupes de Vertébrés : avec squelette en cartilage ou avec squelette en os ! »

Max : « Faisons ! »

Léo : « C’est embêtant ça… Monsieur Max, il me semble que vous nous avez appris que pour qu’un groupe existe, il doit être dans le même groupe. »

Samuel : « Léo, tu t’entends ? »

Léo : « Je ne sais pas comment dire… Les poissons devraient tous être dans le même groupe pour qu’on puisse dire que c’est un groupe. Et là, vous avez mis les requins et les raies d’un côté et les truites d’un autre. Les poissons ne forment pas un vrai groupe alors ? »

Max : « Je suis ravi que tu aies compris cela par toi même Léo. Effectivement, le groupe des poissons n’a pas de réalité biologique. »

Samuel : « Nous étions dans l’erreur alors ! Ça alors ! »

Max : « Continuons si vous le voulez bien. »

Samuel : « Dans le groupe des Vertébrés à squelette en os, on peut faire deux groupes : avec des nageoires comme celle de la truite et les autres. »

Max : « Nous dirons que ce sont les Vertébrés osseux à nageoires charnues. Vous pourrez lire qu’ils ont des nageoires monobasales c’est-à-dire avec un seul os à la base. »

Léo : « Le cœlacanthe n’est pas du tout un poisson alors ! »

Samuel : « Ben non puisque les poissons ça n’existe pas 🙂 « 

Léo : « Il est un peu seul là. Parce que ses nageoires sont vraiment des nageoires alors que les autres ont plutôt des membres. »

Max : « Faisons d’autres groupes alors 🙂 Léo, tu viens de définir les Tétrapodes. »

Samuel : « La grenouille est la seule qui n’a pas de poils. Ni de mamelles d’ailleurs. »

Léo : « Quand un animal Vertébré Tétrapode a des poils et des mamelles on dit que c’est un Mammifère. On pourrait inclure ce groupe. »

Samuel : « La grenouille serait à l’extérieur de ce groupe. »

Max : « Très bien ! »

Samuel : « Il me semble que l’orang-outan, le babouin et l’Homme sont des primates… »

Léo : « Tu sais reconnaître un primate toi ? »

Samuel : « Mmmmm… Pas vraiment… »

Max : « Ils ont des pouces opposables aux autres doigts, des ongles et une paire de mamelle situées au niveau du thorax. »

Léo : « C’est vrai ! La vache a des mamelles au niveau de l’abdomen. »

Samuel : « Et les autres Mammifères ont des griffes ou des sabots. »

Léo : « Nous avons bien avancé 🙂 « 

Max : « Quels caractères permettraient de définir l’humain ? »

Samuel : « Il se tient toujours debout ! »

Léo : « Et il a une grosse tête 🙂 « 

Max : « C’est parce qu’il a un gros cerveau 🙂 « 

Léo : « Voilà ! On sait ce qu’est un être humain ! »

Samuel : « C’est un Vertébré à squelette osseux dont les nageoires charnues sont transformées en membre. Ils ont des poils et des mamelles, des pouces opposables aux autres doigts et deux mamelles thoraciques. Ils se tiennent toujours debout et leur cerveau est très développé. »

Léo : « Ils sont tous pareils ! »

Samuel : « Mais ils sont aussi tous différents… Il va falloir expliquer cela aussi. »

Max : « Nous le ferons lors de la prochaine séance. Vous avez bien travaillé aujourd’hui et vous méritez votre récréation. »

Samuel et Léo : « Merci monsieur Max ! « Au revoir monsieur Max ! »

Max : « Au revoir mes petits 🙂 « 

Léo (à Samuel) : « A la cantine, quand le gentil chef me demandera si je veux du poisson ou de la viande je lui répondrai que je n’aime pas les Ostéichtyens Actinoptérygiens mais que je préfère largement les Ostéichtyens Sarcoptérygiens Tétrapodes dans leur version Mammifère 🙂 « 

Samuel : « T’es trop bête toi 🙂 « 

Étape 7

Compétences travaillées :

 

Séance suivante

Les failles

Max : « Bonjour à tous ! Enlevez vos blousons, asseyez-vous et sortez vos affaires. »

Samuel et Léo : « Bonjour monsieur Max ! »

Max : « Bonjour mes petits. Aujourd’hui nous allons étudier les failles. Je vais commencer par vous montrer quelques documents qui vont, je l’espère, vous aider à trouver ce qu’est une faille. Observez bien. »

Photographie d’une faille affectant une route (blog.univ-angers.fr)

Samuel : « Tabarnak ! La route est toute cassée ! »

Max : « Samuel, pourrais-tu éviter de nous rappeler tes origines s’il te plaît. »

Samuel : « Oups ! Je vous demande pardon monsieur Max. »

Max : « Pardon accordé 🙂 Comme l’a si justement fait remarquer Samuel la route est cassée. »

Léo : « On dirait que la partie en face de nous s’est déplacée vers la droite. »

Samuel : « Oui. Les deux morceaux de route se sont déplacés l’un par rapport à l’autre vers la droite. »

Max : « Je peux vous représenter cela… »

Schéma d’une route affectée par une faille

Max : « J’ai représenté par des flèches le sens du mouvement. Les blocs se sont déplacés vers la droite. Nous parlerons de faille dextre. Passons à cette autre photographie… »

Photographie d’une faille affectant une route au Japon (Elpais.com)

Léo : « Ah ben la route est encore toute cassée 🙂 « 

Samuel : « Cette fois ça a bougé verticalement. »

Max : « Nous dirons qu’il y a eu un rejet vertical. Bien, pouvez-vous maintenant me donner une définition de faille ? »

Samuel : « Je pense monsieur Max. Je dirais qu’une faille c’est quand des roches se cassent en deux parties et que ces deux parties se déplacent l’une par rapport à l’autre. »

Max : « Bravo Léo ! C’est bien ça. Nous donnerons la définition dans le cours tout à l’heure. »

Léo : « Monsieur Max, c’est grand comment une faille ? »

Max : « C’est très variable Léo. Nous pouvons en trouver au sein d’une couche de roches de quelques mètres d’épaisseur ou sur plusieurs kilomètres voire centaines de kilomètres. Regardez… »

Photographie d’une faille en extension dite faille normale (blog.univ-angers)

Max : « La nous voyons une faille qui a un rejet de quelques mètres. Elle doit s’étendre sur quelques kilomètres ou dizaines de kilomètres… »

Photographie 5 et schéma 1 : la faille de San Andreas

Max : « Là il s’agit de la Faille de San Andreas. Il s’agit d’un cisaillement comme sur la première photographie. Elle s’étire sur toute la longueur de la Californie qu’elle coupe en deux. Une fine bande de Californie remonte vers le nord. »

Samuel : « Là ça se déplace vers la droite. »

Max : « On parle de coulissement dextre. Avez-vous d’autres questions ? »

Samuel et Léo : « Non monsieur Max ! »

Max : « Alors prenez vos cahiers et notez. »

III. LES FAILLES.

Une faille est une cassure d’une couche de roche en deux blocs qui se déplacent l’un par rapport à l’autre.

Il existe trois grands types de failles :

– les failles normales, en extension (ça s’écarte) ;

– les failles inverses, en compression (ça se resserre) ;

– les failles coulissantes transformantes (ça coulisse).

Les tremblements de terre sont presque toujours associés à des failles.

Max : « Bien. Nous avons bien travaillé aujourd’hui. Vous pouvez ranger vos affaires et filer en récréation. Au revoir mes petits. »

Samuel et Léo : « Au revoir monsieur Max ! »

Séance suivante

Manifestations et conséquences des séismes (activité)

Max : « Bonjour à tous ! Enlevez vos blousons, asseyez-vous et sortez vos affaires. »

Samuel et Léo : « Bonjour monsieur Max ! »

Max : « Bonjour mes petits. Nous allons donc commencer par de la géologie. Qui veut me rappeler ce qu’est la géologie ? »

Samuel : « Moi monsieur Max ! Ce sont les sciences de la Terre. Dans la géologie il y a l’étude des tremblements de terre, les volcans, la tectonique des plaques… »

Léo : « On peut étudier les roches et les minéraux aussi ! »

Max : « Exact Léo. Mais le programme de cette année correspond à ce qu’a dit Samuel. Commençons par les séismes. Savez-vous ce qu’est un séisme ? »

Léo : « C’est un tremblement de terre monsieur Max ! »

Max : « En étant précis tremblement de terre et séisme ne sont pas strictement synonymes. Mais ne soyons pas trop précis pour une fois. Oui, un séisme est un tremblement de terre. Commençons par regarder quelques petits films… »

Tremblement de terre, 27 Avril 2015, Katmandu, Népal

Tremblement de terre, 27 Avril 2015, Katmandu, Népal

Le séisme de Kobé, 17 Janvier 1995, Japon

Léo : « Rholala ! C’est impressionnant ! »

Samuel : « J’aimerais pas être dans un tremblement de terre moi. »

MAx : « Je te comprends Samuel, même si une partie de moi aimerait quand même savoir ce que ça fait… Bien, je vais vous distribuer quelques articles de journaux chacun et grâce à cela vous me direz quelles sont les manifestations et les conséquences d’un séisme. »

Samuel : « Monsieur Max, que veut dire ‘manifestations d’un séisme‘ ? »

Max : « A quoi voit-on qu’un séisme a lieu. Je distribue… Les articles de Léo… »

Max : « Les articles de Samuel… »

Max : « Je répète les questions auxquelles vous devez répondre à l’aide de ces articles : Quelles sont les manifestations et les conséquences d’un séisme ? Vous avez une dizaine de minute… »

Dix minutes plus tard…

Max : « Alors mes petits, avez-vous réussi à répondre aux questions ? »

Samuel et Léo : « Oui monsieur Max ! »

Max : « Je n’en attendais pas moins de vous. Léo, quelles sont les manifestations d’un séisme ? »

Léo : « C’est simple monsieur Max. Lors d’un séisme la terre tremble. Il y a des secousses qui durent de quelques secondes à quelques minutes. Et si j’ai bien compris ces secousses se produisent dans des régions plus ou moins étendues. »

Max : « Oui Léo. Samuel, as-tu quelque chose à ajouter ? »

Samuel : « Je ne sais pas si c’est le moment de le dire mais il peut y avoir des répliques. Ce sont d’autres tremblements de terre qui se produisent au même endroit pas très longtemps après le premier. »

Max : « Nous pouvons parler des répliques dès à présent. Samuel, quelles sont les conséquences possibles d’un séisme ? »

Samuel : « Il peut y avoir des dégâts aux constructions qui provoquent parfois des blessés ou des morts et des sans-abris parce que leurs maisons sont cassées. »

Léo : « J’ai lu qu’il pouvait y avoir des failles aussi. C’est quoi une faille monsieur Max ? »

Max : « Gardons la question pour plus tard si vous le voulez bien. Je vous montrerai des photographies et nous étudierons ça plus précisément. Pour le moment, retenez qu’il peut y avoir des modifications du paysage. »

Léo : « D’accord monsieur Max. »

Samuel : « Moi j’ai lu que les séismes pouvaient provoquer des tsunamis. Qu’est-ce qu’un tsunami monsieur Max ? »

Max : « Tsunami est un mot japonais qui veut dire ‘vague de port‘. En mer les pécheurs ne ressentent pas le tsunami et ils sont bien surpris de voir que le port dans lequel ils veulent accoster est parfois totalement détruit. Je peux vous montrer un petit film pour que vous compreniez qu’un tsunami est plus qu’une simple vague. Regardez sagement. »

Le tsunami du 24 décembre 2004

Léo : « Oulala ! C’est dangereux un tsunami ! »

Samuel : « C’est sûr que c’est plus qu’une vague ! »

Max : « Oui, c’est très dangereux. Avant de partir, Léo peux-tu redonner les manifestations des séismes ? »

Léo : « Lors d’un séisme la terre tremble. Il y a des secousses qui durent de quelques secondes à quelques minutes. Ces secousses se produisent dans des régions plus ou moins étendues. »

Max : « Samuel, les conséquences possibles s’il te plaît. »

Samuel : « Les conséquences possibles d’un tremblement de terre sont des dégâts aux constructions humaines, des blessés et/ou des morts et des sans-abris, des modifications du paysage et des tsunamis. »

Max : « C’est très bien 🙂 Retenez bien tout ça pour la prochaine fois. Pour le moment, vous pouvez ranger vos affaires et sortir en récréation. Je compte sur vous pour ne pas provoquer un tremblement de terre en courant dans les couloirs. »

Samuel et Léo :  » 🙂 Au revoir monsieur Max. »

Max : « Au revoir mes petits. »

Séance suivante

La fleur

Max : « Bonjour à tous ! Enlevez vos blousons, asseyez-vous et sortez vos affaires. »

Samuel et Léo : « Bonjour monsieur Max. »

Samuel : « Léo, tu lui dis. »

Léo : « Non c’est toi ! »

Samuel : « Non, toi ! »

Max : « Qu’est ce qu’il vous arrive mes petits ? Que devez-vous me dire ? »

Léo : « C’est Samuel qui doit vous le dire ! »

Max : « Bien, Samuel, j’attends. »

Samuel : « Monsieur Max, vous nous dites toujours d’enlever nos blousons. »

Max : « C’est exact Samuel. »

Samuel : « Monsieur Max, on ne porte jamais de blouson 🙂 « 

Max : « C’est vrai 🙂 Sortez quand même vos affaires 🙂 Tiens, Léo, si tu faisais le petit rappel ? »

Léo : « Oui monsieur Max. Nous avons étudié la germination. La germination est le développement d’une plante à partir d’une graine. Elle ne peut avoir lieu que si la température est douce et qu’il y a de l’eau. C’est pour cette raison que la germination a lieu au printemps. »

Max : « Samuel, la suite s’il te plaît. »

Samuel : « Oui monsieur Max. Pendant la germination la plantule se nourrit des réserves de matière organique qu’il y a dans les cotylédons. Quand ces réserves sont épuisées, la germination cesse. On parle alors de développement. La plante se nourrit d’eau, de sels minéraux et de dioxyde de carbone c’est-à-dire de matière minérale. »

Max : « C’est très bien tout ça. Bravo mes petits ! Que se passe t-il lors du développement des plantes à fleurs ? »

Léo : « Les tiges grandissent. »

Samuel : « Il y a plus de feuilles. »

Léo : « On peut supposer que les racines grandissent aussi. »

Max : « Oui, oui et oui. Quoi d’autre ? »

Léo : « Euh… »

Samuel : « Mmmmm… »

Max : « Voyons mes petits ! Qu’est ce qui peut apparaître sur une plante à fleurs ? »

Léo : « JE SAIS ! JE SAIS ! IL Y A DES FLEURS ! »

Max : « Oui Léo 🙂 Il y a des fleurs. Savez ce que c’est, une fleur ? »

Léo : « C’est beau ! »

Samuel : « Et ça sent bon 🙂 « 

Max  : « Certes 🙂 Mais quelle est la fonction de la fleur pour une plante à fleurs ? … Pas de réponse ? Bien, je vous montre un petit film qui devrait vous aider à découvrir par vous même la fonction d’une fleur. Le voici… »

Léo : « J’ai bien compris ? Les fleurs sont les organes reproducteurs des plantes ? »

Samuel : « C’est aussi ce que j’ai compris… »

Max : « C’est bien ça 🙂 Les fleurs portent bien les organes reproducteurs des plantes à fleurs. Je vous donne un petit exercice pour vérifier que vous avez bien compris et que vous connaissez bien les consignes de légende… Voilà ! »

Léo : « C’est noté monsieur Max ? »

Max : « Vous m’embêtez avec les notes ! Je note si je veux. Mais c’est surtout l’occasion de voir si vous connaissez les consignes de légende… Je vous laisse quelques minutes… »

Léo : « Monsieur Max, nous avons terminé ! »

Max : « Alors… Voyons ça… il y a un titre, une échelle… Tout est là et vous avez respecté les consignes de légende. Très bien mes petits ! Samuel, montre un peu ton travail… »

Samuel : « Pour l’échelle j’ai mis x11. Vous avez dit que dans la réalité la fleur mesure 1 cm de large. Sur le dessin, j’ai mesuré environ 11 cm. C’est donc que le dessin à été agrandi 11 fois. Donc x11 🙂 »

Max : « C’est très bien Samuel. Avez-vous trouvé la fonction de la fleur ? »

Léo : « La fleur porte les organes reproducteurs qui produisent les cellules reproductrices. J’en déduis que la fleur sert à la reproduction. »

Max : « Qu’en penses-tu Samuel ? »

Samuel : « J’en pense que le Léo a raison monsieur Max. La fleur porte les organes reproducteurs donc elle sert à la reproduction des plantes à fleurs. »

Léo : « C’est pas très romantique d’offrir des fleurs alors… »

Max : « 🙂 C’est une façon de voir les choses… Bien, notons la leçon. Prenez vos cahiers. »

III. LA FLEUR.

La fleur porte les organes reproducteurs de la plante. L’étamine est l’organe reproducteur masculin. Elle produit des grains de pollen qui sont les cellules reproductrices masculines. Le pistil est l’organe reproducteur féminin. Il produit les ovules qui sont les cellules reproductrices féminines.

Max : « Puisque vous avez bien travaillé je vais vous montrer un petit film qui reprend ce que nous avons vu sur la vie des plantes à fleurs. »

Max : « Avez-vous des questions ? »

Léo : « J’en ai une mais je la garde pour le début de la prochaine séance. »

Max : « Je comprends 🙂 Bien, ça suffit pour aujourd’hui. Vous pouvez ranger vos affaires et aller vous dégourdir les pattes dans la cour. Allez ! Dehors mes petits ! Pour la prochaine séance revoyez bien la graine, le vocabulaire et la démarche expérimentale »

Samuel et Léo : « Oui monsieur Max ! Au revoir monsieur Max ! »

Séance suivante

La graine

Max : « Bonjour à tous ! Enlevez vos blousons et sortez vos affaires. Inutile de faire l’appel puisque je vous vois tous. Bien, la dernière fois vous avez eu une interrogation sur les besoins nutritifs des êtres vivants… »

Léo : « Monsieur Max, allez-vous rendre les copies ? »

Max : « Oui Léo. »

Samuel : « Avons-nous des bonnes notes ? »

Max : « Vous verrez bien. Mais je peux déjà vous dire que la moyenne de la classe est de 20/20 🙂 Voici vos copies… »

Léo : « Merci monsieur Max. »

Samuel : « Monsieur Max, nous avons fini un chapitre. Qu’allons-nous faire maintenant ? »

Max : « Bonne question mon petit Samuel. Nous allons étudier le développement des êtres vivants. Nous verrons les principales étapes du développement des plantes à fleurs puis les principaux types de développement des animaux. Mais commençons par les plantes à fleurs. Pourriez-vous me dire ce qu’il faut faire pour obtenir une plante à fleur ? »

Léo : « Moi monsieur Max ! »

Max : « Nous t’écoutons Léo. »

Léo : « Pour avoir une plante à fleurs il faut planter une graine ! »

Max : « Très bien Léo. Mais savez-vous ce que renferme une graine ? »

Samuel : « Non… »

Léo : « Moi non plus… »

Max : « Réfléchissez un peu… »

Léo : « Les graines sont une source de nourriture pour les granivores, des phytophages et certains omnivores. Je suppose donc qu’une graine contient des réserves de nourriture. »

Max : « Bonne hypothèse Léo. Comment pourrions-nous savoir ce qu’il y a dans une graine ? »

Samuel : « On pourrait en ouvrir une et observer l’intérieur ! »

Max : « Très bien Samuel. C’est ce que nous allons faire. Puis vous traduirez votre observation par un dessin d’observation correctement légendé. »

Léo : « D’accord monsieur Max. »

Max : « Voici des haricots. Vous les coupez en deux puis vous réalisez le dessin puis un texte qui explique ce qui constitue une graine. Pour vous aider je vous fais une démonstration… »

Samuel : « D’accord. C’est facile. Et tout est dit dans le commentaire 🙂 »

Max : « J’ai oublié de vous dire… Pour disséquer une graine, il vaut mieux la laisser tremper dans l’eau pendant 12 à 24h pour la réhydrater. Sinon ce sera une peu difficile. Bien. Maintenant vous pouvez réaliser un dessin de la graine coupée en deux puis vous rédigerez un texte qui explique ce qu’il y a dans une graine. »

Léo : « D’accord monsieur Max. »

Max : « Pour vous faciliter la tache, je vous donne une photographie d’une graine de haricot coupée en deux. « 

Samuel : « Merci monsieur Max. »

Max : « Pour la correction nous nous retrouverons dans l’article suivant. A tout de suite 🙂 »

Séance suivante

Les régimes alimentaires

Max : « Bonjour à tous, enlevez vos blousons, asseyez vous et sortez vos affaires. Quelle joie de vous retrouver mes petits ! Avez-vous bien révisé ? »

Léo : « Oui monsieur Max. »

Samuel : « Je veux bien faire le petit rappel si vous êtes d’accord. »

Max : « Bien sûr Samuel. »

Samuel : « Nous avons étudié les besoins nutritifs des végétaux grâce à une expérience. Puis nous avons étudié des restes de repas pour savoir de quoi se nourrissent quelques animaux. »

Max : « Bien Samuel. Léo, pourrais-tu nous rappeler les besoins nutritifs des végétaux ? »

Léo : « C’est facile monsieur Max. Les végétaux se nourrissent d’eau, de sels minéraux et de dioxyde de carbone. Et ils ont besoin de lumière. »

Max : « Très bien. Nous pouvons voir la suite. Je vous ai préparé une feuille d’exercice. Vous pourrez vous mettre au travail dès que je l’aurai distribuée. »

Léo : « Monsieur Max, c’est noté ? Il faut travailler sur une feuille ou dans notre cahier ? »

Max : « Je peux noter les cahiers tu sais Léo 🙂 Travaillez sérieusement et ne vous inquiétez pas des notes. »

Les-régimes-alimentaires (version imprimable)

Léo : « Monsieur Max ! Nous avons terminé ! »

Max : » Montrez moi votre travail… Bien. Très bien même ! Vous avez tout bon ! Bravo mes petits ! Dommage que ce ne soit pas noté 🙂 « 

Samuel : « Zutalor ! »

Max : « Samuel, voyons ! Surveille ton langage ! »

Samuel : « Pardon monsieur Max. »

Max : « Si vous êtes sages je vous mettrai 20/20 dans votre bulletin pour cet exercice.

Samuel et Léo : « Merci monsieur Max ! »

Max : « Avez-vous des questions avant que nous ne notions la leçon ? »

Samuel : « Oui monsieur Max. Vous avez défini trois régimes alimentaires : phytophage, zoophage et omnivore. Mais j’ai déjà entendu parlé d’herbivore ou de carnivore… »

Léo : « Il y a les granivores aussi ! »

Max : « Léo, ne coupe pas la parole à Samuel s’il te plaît. »

Léo : « Pardon Samuel. »

Samuel : « Je comprends Léo. Monsieur Max, comment pouvons-nous concilier tout cela ? »

Max : « Excellente question encore une fois mon petit Samuel. »

Léo : « Monsieur Max, je crois savoir ! »

Max : « Nous t’écoutons Léo. »

Léo : « Je pense, mais je ne suis pas sûr, que les herbivores, les granivores… sont des régimes alimentaires spécialisés. Mais qu’on peut dire que l’animal est phytophage. De même pour les carnivores. Ce sont des animaux spécialisés dans je ne sais pas quoi et on les place dans les zoophages. »

Max : « C’est tout à fait ça mon petit Léo. Vous posez d’excellentes questions et vous donnez d’excellentes réponses. Bravo ! Nous pouvons maintenant noter la leçon. »

LES RÉGIMES ALIMENTAIRES

Les animaux se nourrissent de matière organique et d’eau. Leur régime alimentaire se définit en fonction des aliments qu’ils consomment. On peut définir trois grands régimes alimentaires : phytophage, zoophage et omnivore.

Les animaux se nourrissant uniquement de matière organique d’origine végétale et d’eau sont dits phytophages.

Granivore : animal qui se nourrit de graines.

Frugivore : animal qui se nourrit de fruits.

Herbivore : animal qui se nourrit d’herbe.

Xylophage : animal qui se nourrit de bois.

Les animaux qui se nourrissent de matière organique d’origine animale et d’eau sont dits zoophages.

Insectivore : animal qui se nourrit d’insectes.

Piscivore : animal qui se nourrit de poissons.

Hématophage : animal qui se nourrit de sang.

Carnivore : animal qui se nourrit de viande.

Nécrophage : animal qui se nourrit d’animaux morts.

Beaucoup d’animaux se nourrissent à la fois de matière organique d’origine animale et végétale. Ils sont dits omnivores.

Max : « Avez-vous des questions ? »

Léo : « Non monsieur Max. »

Samuel : « Moi non plus monsieur Max. »

Max : « Alors vous pouvez ranger vos affaires et aller vous dégourdir les pattes en récréation. »

Séance suivante