Une autre expérience de digestion in vitro

Max : « Bonjour à tous ! Enlevez vos blousons, asseyez-vous et sortez vos affaires. »

Samuel et Léo : « Bonjour monsieur Max ! »

Max : « Bonjour mes petits 🙂 Léo, peux-tu faire un petit rappel ? Juste pour la séance précédente s’il te plaît. »

Léo : « Bien sûr monsieur Max. Nous avions vu que le contenu du tube digestif se transforme au fur et à mesure de son avancée et qu’il se mélange aux sucs digestifs. J’avais demandé à quoi servait les sucs digestifs et Samuel avait formulé l’hypothèse qu’ils sont à l’origine de la transformation des nutriments. »

Max : « Merci Léo. Samuel, la suite s’il te plaît. »

Samuel : « Nous avons regardé les résultats d’une expérience et nous avons conclu que les aliments sont solubilisés grâce aux sucs digestifs. Nous nous sommes arrêtés quand j’ai demandé à quoi cela servait de mâcher les aliments. « 

Léo : « Moi je suppose que ça facilite l’action des sucs digestifs. Ils peuvent mieux mieux s’attaquer aux aliments quand ils sont découpés. »

Max : « Proposez moi un protocole qui permet de vérifier l’hypothèse de Léo. »

Samuel : « Comment pourrait-on imiter la mastication ? »

Léo : « Quand on mastique on coupe les aliments. Il suffit de prendre un morceau de viande et de le découper en petits morceaux. On le met dans un tube avec des sucs digestifs à 37°C et on attend. »

Samuel : « Et comme témoin, on prend un morceau de viande identique mais on ne le coupe pas avant de le mettre au contact des sucs digestifs à 37°C. »

Max : « Excellente idée ! Je vous donne les résultats. »

Léo : « C’est une activité notée ? »

Max : « Oui 🙂 Vous travaillez mieux quand vous savez que c’est noté 🙂 « 

Léo : « C’est parti ! »

Samuel : « On va encore avoir une bonne note ! »

Max : « Le temps est écoulé. Je vous donne rendez-vous dans l’article suivant pour la correction. »

Une autre expérience de digestion in vitro

Séance suivante

Une expérience de digestion in vitro (correction)

Max : « Nous pouvons maintenant corriger. Avant cela, je redonne les sujet. »

Observation : Nous savons que lors de son avancée dans l’estomac et l’intestin grêle le bol alimentaire change d’aspect. Il devient de plus en plus liquide. Nous savons également que le bol alimentaire se mélange aux sucs digestifs.

Problème : Comment expliquer la transformation des aliments ?

1. Formulez une hypothèse qui répond à ce problème.

Le protocole ci-dessous montre le protocole et les résultats obtenus après avoir fait une expérience qui permet de répondre à l’hypothèse.

Protocole et résultats

2. Pourquoi les tubes sont-ils placés à 37°C pendant toute la durée de l’expérience ?

3. Rédigez le protocole expérimental.

4. Formulez les résultats de cette expérience.

5. Interprétez ces résultats.

(Aide : quand un produit n’est plus visible à l’état solide mais qu’il est passé dans le liquide on dit qu’il est devenu soluble.)

6. Vous pouvez maintenant répondre au problème c’est-à-dire formuler la conclusion.

Hypothèse : On suppose que les aliments sont solubilisés sous l’action des sucs digestifs.

Expérience :

Protocole :

On place un morceau de viande dans un tube contenant un mélange d’eau et de sucs digestifs. On place un morceau de viande équivalent dans un tube contenant uniquement de l’eau. On place les deux tubes à 37°C pour imiter la température du corps humain.

Résultats :

On voit qu’avec l’eau, il ne s’est rien passé. Avec les sucs digestifs le morceau de viande n’est presque plus visible et le liquide s’est troublé.

Interprétation :

Avec les sucs digestifs le morceau de viande n’est plus visible car il a été solubilisé par les sucs digestif.

Conclusion :

Le morceau de viande a été solubilisé par les sucs digestifs. On peut donc dire que les aliments sont transformés par les sucs digestifs.

Léo : « J’ai eu bon ! »

Samuel : « Moi aussi ! »

Léo : « Monsieur Max, c’est ça la digestion ? C’est quand les aliments sont transformés en liquide par les sucs digestifs ? »

Samuel : « Mais ça sert à quoi de mâcher les aliments alors ? »

Max : « Vous questions sont pertinentes. Je propose que nous nous intéressions d’abord à celle de Samuel pour pouvoir répondre à celle de Léo. Pour le moment, allez vous aérer en récréation. »

Samuel et Léo : « Merci monsieur Max. Au revoir monsieur Max. »

Séance suivante

Une expérience de digestion in vitro

Max : « Bonjour à tous ! Enlevez vos blousons, asseyez-vous et sortez vos affaires. »

Samuel et Léo : « Bonjour monsieur Max. »

Max : « Bonjour mes petits. Qui veut commencer le petit rappel ? Nous avons déjà vu deux paragraphes et vous pouvez donc en résumer un chacun. »

Samuel : « Tu peux commencer Léo. »

Léo : « Le but de ce chapitre est de comprendre comment le sang est réapprovisionné en nutriments. On se doute que c’est en mangeant mais ce n’est pas suffisant de dire ça. Nous savons que les vertébrés peuvent avoir des dents. C’est important les dents pour se nourrir. Il y a deux principaux types de dentures : la denture homodonte et la denture hétérodonte. La denture homodonte c’est quand toutes les dents sont du même type. Chez les hétérodontes il y a plusieurs types de dents : les incisives, les canines, les prémolaires et les molaires. Nous avons également vu que le type de denture dépend du régime alimentaire. »

Max: « Très bien Léo. Samuel ? »

Samuel : « Ensuite nous avons vu l’appareil digestif. Il est constitué d’un tube digestif sur lequel sont branchées des glandes digestives qui produisent des sucs digestifs. Le tube digestif commence par la bouche. Ensuite il y a l’œsophage, l’estomac, l’intestin grêle et le gros intestin qui se termine par l’anus. Les glandes digestives sont les glandes salivaires, le foie, la vésicule biliaire, le pancréas et les glandes gastriques et intestinales. Elles produisent des sucs digestifs. »

Léo : « Nous savons également que le contenu du tube digestif change en fonction de son avancée. »

Max : « Bravo ! Encore une fois vous connaissez bien vos leçons. »

Léo : « Monsieur Max, à quoi servent les sucs digestifs ? »

Samuel : « J’ai une hypothèse moi ! On sait que le contenu du tube digestif change en fonction de son avancée. On sait également que ce contenu se mélange au sucs digestifs. C’est de plus en plus liquide et on ne voit plus de morceaux. Je suppose donc que les sucs digestifs solubilisent les aliments. »

Léo : « Ah oui 🙂 Il faudrait vérifier cela expérimentalement. Qu’est ce qu’on pourrait faire… On prend un aliment et on le met au contact d’un suc digestif. »

Samuel : « Il faut un témoin ! On pourrait remplacer le suc digestif par de l’eau. »

Léo : « Et on attend. La digestion ça se fait pas comme ça tout de suite. »

Max : « N’oubliez pas de mettre vos tubes à 37°C. »

Léo : « Oui ! Pour faire comme dans le corps humain ! »

Max : « C’est très bien. Je vous montre les résultats ? »

Samuel : « Ça sent l’activité notée. Formulez les résultats. Interprétez les résultats. Formulez la conclusion. »

Max : « Oui 🙂 Je vous la distribue. Au travail mes petits. »

Activité ; une expérience de digestion in vitro

Observation : Nous savons que lors de son avancée dans l’estomac et l’intestin grêle le bol alimentaire change d’aspect. Il devient de plus en plus liquide. Nous savons également que le bol alimentaire se mélange aux sucs digestifs.

Problème : Comment expliquer la transformation des aliments ?

1. Formulez une hypothèse qui répond à ce problème.

Le protocole ci-dessous montre le protocole et les résultats obtenus après avoir fait une expérience qui permet de répondre à l’hypothèse.

Protocole et résultats

2. Rédigez le protocole expérimental.

3. Pourquoi les tubes sont-ils placés à 37°C pendant toute la durée de l’expérience ?

4. Formulez les résultats de cette expérience.

5. Interprétez ces résultats.

(Aide : quand un produit n’est plus visible à l’état solide mais qu’il est passé dans le liquide on dit qu’il est devenu soluble.)

6. Vous pouvez maintenant répondre au problème c’est-à-dire formuler la conclusion.

Max : « Bien. Je suppose que vous avez terminé. Je ramasse les copies. Merci mes petits. Retrouvons-nous dans l’article suivant pour la correction. »

Séance suivante

Réaliser une carte du monde

Bonjour à tous ! En géologie, nous avons parfois besoin de connaissances en géographie. Je vous propose un petit exercice qui va vous permettre de réviser un peu quelques données fondamentales de géographie physiques. Pour cela vous aller réaliser une carte du monde. Voici le fond de carte.

1. En noir, placer les continents ou régions suivants : Amérique du sud ; Amérique du nord ; Groenland ; Europe ; Asie ; Afrique ; Indonésie ; Australie ; Antarctique.

2. En bleu, placer les noms des océans : océan atlantique, océan pacifique, océan indien ; océan arctique ; océan antarctique

3. Représenter en marron, les chaînes de montagnes suivantes (vous pouvez faire plus foncées les montagnes les plus hautes) : Appalaches, Montagnes rocheuses, Cordillère des Andes, Alpes, Atlas, Caucase, Himalaya. N’oubliez d’écrire les noms de ces chaînes de montagnes.

4. Indiquez par des petits triangles les plus hauts sommets de chaque continents. Ce sont : Kilimandjaro, Mont McKinley, Aconcagua, Mont Vinson, Mont Everest, Mont-Blanc.

5. Représentez en bleu les fosses océaniques. Vous pouvez vous aider de ce document.

Carte de localisation des fosses océaniques autour de l’océan pacifique.

6. Représenter en rouge les dorsales océaniques. Là aussi je vous aide un peu 🙂

Carte de localisation des dorsales océaniques.

7. N’oubliez de nommer les lignes continues et pointillées qui figurent sur le fond de carte.

Vous pouvez colorier si vous le voulez mais si vous le faites, faites le proprement. Travaillez bien ! J’aimerais pouvoir mettre vos travaux dans mon site 🙂

Si vous aimez la géographie vous pourrez vous amuser ici : jeux de géographie.

Séance suivante

La production de glucose par les plantes

Max : « Bonjour à tous ! Enlevez vos blousons, asseyez-vous et sortez vos affaires. »

Samuel et Léo : « Bonjour monsieur Max ! »

Max : « Bonjour mes petits. Commençons la leçon si vous le voulez bien. »

Léo : « Nous voulons bien monsieur Max 🙂 »

Max : Vous vous souvenez que les cellules ont besoin de glucose pour  produire de l’énergie. Vous savez également que les végétaux se nourrissent de matière minérale. Or le glucose, comme tous les sucres, est de la matière organique. »

Léo : « Et le problème est donc : d’où vient le glucose que les végétaux utilisent ? »

Max : « Oui Léo. Samuel, tu avais proposé une hypothèse. Pourrais-tu nous la rappeler ? »

Samuel : « J’avais supposé que les végétaux fabriquent du glucose à partir du dioxyde de carbone et de l’eau grâce à l’énergie lumineuse. Mais ce n’est qu’une hypothèse et je ne sais pas comment la vérifier. »

Léo : « Nous pourrions priver une feuille de dioxyde de carbone et regarder si elle contient encore du sucre. »

Samuel : « Je pensais plutôt à priver une partie de la feuille de lumière. Normalement, cette partie ne devrait pas contenir de sucre. »

Max : « Nous allons faire les deux. Je vous passe le protocole précis. Voici les résultats. »

Conditions d’expérience et résultats obtenus.

Max : « Je vous dois quelques explications. L’eau iodée permet de mettre en évidence la présence d’amidon. L’amidon est un sucre complexe constitué de nombreux glucose liés les uns aux autres. En présence d’amidon l’eau iodée devient bleu-noir. »

Samuel : « Si l’amidon est constitué de glucose, si il y a de l’amidon c’est que la plante a fabriqué du glucose. Je note. »

Max : « C’est bien Samuel. Autre précision : la chlorophylle est un pigment qui colore les feuilles en vert. »

Léo : « Ben oui ! Nous l’avons vu en 6ème. C’est un attribut des végétaux. Tous les végétaux en ont. »

Max : « Oui Léo. Bien. Je vous laisse formuler les résultats, rédiger ce que vous en déduisez et rédigez un texte qui explique comment les végétaux produisent du glucose. »

Léo : « Ça ressemble à une démarche expérimentale ça 🙂 On le fait sur une feuille ? »

Max : « Oui mais pour une fois je vous autorise à travailler en groupe. Soyez sages et travaillez bien 🙂 »

Samuel et Léo : « Oui monsieur Max ! »

Un peu plus tard…

Samuel : « Monsieur Max, nous avons terminé. »

Max : « Déjà ? Très bien. Allez vous aérer un peu pendant que je corrige votre travail. »

Samuel et Léo : « A tout à l’heure monsieur Max ! »

Encore plus tard…

Max : « Nous allons corriger ! »

Léo : « Nous arrivons ! »

Samuel : « Nous sommes là ! »

Max : « Ce sera vite fait. Vous avez tout bon 🙂 »Max : « Avez-vous des questions ? »

Samuel et Léo : « Non monsieur Max ! »

Max : « Alors le cours est terminé. Au revoir mes petits. »

Samuel et Léo : « Au revoir monsieur Max ! »

Séance suivante

Origine du glucose

Origine du glucose (correction)

L’absorption de l’eau et des sels minéraux

Max : « Bonjour à tous ! Enlevez vos blousons, asseyez-vous et sortez vos affaires. »

Samuel et Léo : « Bonjour monsieur Max ! »

Max : « Bonjour mes petits 🙂 Avez-vous revu les articles que je vous avez conseillé de relire ? »

Léo : « Bien sûr monsieur Max. »

Samuel : « La nutrition des végétaux vue en 6ème. Tu veux donner la réponse Léo ? »

Léo : « Si tu veux Samuel. Les végétaux se nourrissent d’eau, de sels minéraux et de dioxyde de carbone en présence de lumière. »

Max : « Bravo mes petits 🙂 Et vous avez lu l’introduction de ce chapitre, évidemment. »

Samuel : « Le premier problème qui se pose est celui de l’absorption de l’eau et des sels minéraux par la plante. »

Max : « Oui Samuel. »

Léo : « Je suppose que vous allez nous donner une activité avec une démarche expérimentale à suivre. »

Max : « Tu supposes bien Léo. »

Samuel : « On sort une feuille 🙂 »

Max : « Au travail mes petits ! »

Léo : « C’est parti ! »

Un peu plus tard…

Max : « Le temps imparti est écoulé. Je ramasse les copies. »

Léo : « Fini ! »

Samuel : « Moi aussi. C’est facile. »

Max : « Allez en discuter en récréation. »

Samuel et Léo : « Au revoir monsieur Max ! »

Max : « Au revoir mes petits ! »

Séance suivante

Activité Absorption racinaire

Les besoins nutritifs des végétaux (2)

Max : « Bonjour à tous ! Enlevez vos blousons, asseyez-vous et sortez vos affaires. »

Samuel et Léo : « Bonjour monsieur Max ! »

Max : « Bonjour mes petits. Qui veut faire le petit rappel ? »

Léo : « Moi monsieur Max ! »

Max : « D’accord Léo. Nous t’écoutons. »

Léo : « Nous savons que les végétaux se nourrissent et nous nous sommes demandés de quoi ils se nourrissent. Nous avons proposé des hypothèses. Samuel, tu veux les dire ? »

Samuel : « Oui, je veux bien. Merci Léo. Nous avons fait l’hypothèse que les végétaux se nourrissent d’eau, de sels minéraux et de dioxyde de carbone. Nous avons également supposé qu’ils ont besoin de lumière. »

Léo : « Ensuite nous avons proposé un protocole. C’est-à-dire ce qu’il faut faire pour vérifier nos hypothèse. »

Samuel : « Il faut faire un témoin. Dans le témoin on donne aux plantes tout ce qu’on suppose nécessaire. Puis on prive des plantes d’un élément à la fois mais en donnant les autres. Au total il y a cinq pots. »

Léo : « Maintenant il faut voir ce qu’il s’est passé. »

Max : « Oui Léo. Ce sont les résultats. Je vous les donne de ce pas. »

Lot témoin (+eau + sels minéraux + dioxyde de carbone + lumière)

Lot 1 (-eau + sels minéraux + dioxyde de carbone + lumière)

Lot 2 (+eau – sels minéraux + dioxyde de carbone + lumière)

Lot 3 (+eau + sels minéraux – dioxyde de carbone + lumière)

Lot 4 (+eau + sels minéraux + dioxyde de carbone – lumière)
Photographies montrant les plantes après quelques jours.

Max : « Je vous laisse formuler les résultats. »

Samuel : « Formuler les résultats ? C’est dire ce qu’il s’est passé ? »

Max : « Oui Samuel. »

Samuel : « On dit ce qu’on voit… D’accord. Ce n’est pas très difficiles. Dans le témoin, les plantes ont grandi et elles sont bien vertes. Sans eau, elles ont fané. Sans sels minéraux elles n’ont pas grandi. Léo, tu fais la suite ? »

Léo : « Merci Samuel. Sans dioxyde de carbone les plantes n’ont pas grandi et sans lumière elles ont grandi plus que dans le témoin et elles ont jauni. »

Max : « Qu’en déduisez-vous ? »

Samuel : « Sans eau, sels minéraux, dioxyde de carbone ou lumière les plantes ne se développent pas correctement. J’en déduis qu’elles ont besoin d’eau, de sels minéraux, de dioxyde de carbone et de lumière. »

Léo : « Nous avons maintenant la réponse à notre problème de départ. Les plantes se nourrissent d’eau, de sels minéraux, de dioxyde de carbone en présence de lumière. »

Samuel : « Les végétaux se nourrissent donc de matière minérale. »

Max : « Excellent travail ! Vous avez tout compris. »

Léo : « Et puis cette méthode peut nous servir dans d’autres situations. On se pose un problème. On formule une hypothèse. »

Samuel : « On propose un protocole puis on formule les résultats. »

Max : « Puis vous les interprétez et vous en tirez une conclusion. Oui, cette méthode pourra nous servir à nouveau. Mais pour le moment, continuons la rédaction que nous avons commencé lors de la séance précédente. Prenez vos cahiers. »

Résultats :

Dans le témoin, la taille de la plante a augmenté.

Dans le pot 1 (sans eau), les plantes ont fané.

Dans le pot 2 (sans sels minéraux), la taille des plantes est restée constante.

Dans le pot 3 (sans dioxyde de carbone), la taille des plantes est restée constante.

Dans le pot 4 (sans lumière), la taille des plantes a augmenté plus que dans le témoin et les feuilles ont jauni.

Interprétation :

Sans eau les plantes fanent donc elles ont besoin d’eau.

Sans sels minéraux, les plantes n’ont pas poussé donc elles ont besoin de sels minéraux.

Sans dioxyde de carbone les plantes n’ont pas poussé donc elles ont besoin de dioxyde de carbone.

Sans lumière les plantes ont jauni donc elles ont besoin de lumière.

Conclusion :

Les végétaux produisent leur matière à partir d’eau de sels minéraux et de dioxyde de carbone. Les végétaux se nourrissent de matière minérale. Ils ont besoin de lumière.

Si vous n’avez pas de questions vous pouvez filer en récréation. N’oubliez pas de bien réviser les deux dernières séances pour la prochaine fois. »

Samuel et Léo : « Au revoir monsieur Max. »

Max : « Au revoir mes petits. »

Séance suivante

Les besoins nutritifs des végétaux (1)

Max : « Bonjour à tous ! Enlevez vos blousons, asseyez-vous et sortez vos affaires ! »

Samuel et Léo : « Bonjour monsieur Max ! »

Max : « Bonjour 🙂 « 

Léo : « Monsieur Max, puis-je faire le petit rappel ? »

Max : « Je t’écoute Léo. »

Léo : « Nous avons vu que lors de la croissance d’un être vivant sa masse et sa taille augmentent. Il produit sa propre matière. Pour cela il doit prélever de la matière dans son environnement. Et nous avons découvert que se nourrir ce n’est pas aller manger à la cantine 🙂 Se nourrir c’est prélever de la matière dans son environnement pour renouveler ou produire sa matière et produire de l’énergie. »

Samuel : « Et nous savons que tous les êtres vivants se nourrissent ! Les animaux, les végétaux, les bactéries… »

Max : « Bravo à tous les deux 🙂 Voyez-vous le problème qui se pose ? »

Samuel : « Oui ! Nous allons nous demander de quoi les êtres-vivants se nourrissent ! Quels types de matières prélèvent-ils ? »

Léo : « Je crois bien que les animaux et les végétaux ne se nourrissent pas de la même façon… »

Max : « C’est ce que nous allons voir en commençant par les végétaux. De quoi les végétaux se nourrissent-ils ? »

Samuel : « Si on n’arrose pas les plantes, elles meurent. »

Léo : « Elles sont dans la terre. Elles doivent avoir besoin de terre. »

Max : « Connaissez-vous les algues ? »

Samuel : « Oui ! Je vois ! Elles ne vivent pas dans la terre et pourtant ce sont des végétaux. Les végétaux n’ont pas forcément besoin de terre. Ils doivent avoir besoin de ce qu’il y a dans la terre ou dans l’eau ! »

Léo : « Comme les sels minéraux par exemple. Je crois avoir lu cela quelque part. J’ai également lu que les végétaux avaient besoin de dioxyde de carbone. Lui aussi doit être dans l’air ou dans l’eau. »

Samuel : « Et la lumière ! Mes plantes poussent mal quand je les mets loin de la fenêtre ! »

Max : « Je reprends ce que vous venez de dire. Selon vous, les végétaux auraient besoin d’eau, de sels minéraux et de dioxyde de carbone en présence de lumière. »

Léo : « Oui monsieur Max. »

Max : « Êtes-vous sûrs de ces réponses ? »

Samuel : « Euh… Pas vraiment… Il faudrait vérifier. »

Max : « C’est bien Samuel. Savez-vous comment on appelle une réponse qui n’est pas sûre en sciences ? »

Léo : « Une réponse qui n’est pas sûre ? C’est une hypothèse ! »

Max : « Oui Léo. Et comment vérifie-t-on une hypothèse ? »

Samuel : « Il faut faire une expérience. »

Max : « Oui Samuel. Que me proposez-vous ? »

Léo : « Mmmm… Si les plantes ont vraiment besoins de tout ça… Non ! Si nos hypothèses sont justes, alors si on donne tout à une plante, elles doit se développer. »

Samuel : « Et si on enlève un élément, la plante ne se développera pas. »

Léo : « Alors il faut faire 5 pots ! Dans le premier on met tout pour être sûr que ça fonctionne ! Et dans les autres on enlève un élément en changeant à chaque pot. Et puis on attend un peu pour voir. Samuel, tu es d’accord ? »

Samuel : « Oui Léo. Mais je ne vois pas bien comment faire. Je vois bien comment ne pas donner d’eau ou même comment priver la plante de lumière mais pour les sels minéraux ou le dioxyde de carbone… »

Max : « Je vous explique cela. Avant, je tiens à préciser que vous venez de me proposer le protocole c’est-à-dire la description de l’expérience. C’est un peu comme une recette mais ça s’appelle un protocole. »

Léo : « Alors nous nous sommes posés un problème. Nous avons proposé une hypothèse et nous avons proposé le protocole de l’expérience. Tu te rends compte Samuel ? »

Samuel : « Nous sommes des scientifiques 🙂 »

Max : « Des apprentis-scientifiques serait plus juste 🙂 Le protocole peur être donné sous forme d’image ou de texte. Là, nous allons le rédiger. Prenez vos cahiers, nous allons noter le début de l’activité. »

Observation : Les végétaux prélèvent de la matière dans leur environnement pour produire leur propre matière. Ils se nourrissent.

Problème : De quoi les végétaux se nourrissent-ils ?

Hypothèse :

On suppose que les végétaux se nourrissent d’eau, de sels minéraux, de dioxyde de carbone et qu’ils ont besoin de lumière.

Expérience :

Protocole :

On prend cinq pots contenant de la terre et dans laquelle sont plantées des jeunes plantes.

Aux plantes du premier pot, appelé témoin, on donne de l’eau, des sels minéraux, du dioxyde de carbone et de la lumière.

Dans le pot suivant (pot a) on donne des sels minéraux, du dioxyde de carbone et de la lumière (pas d’eau).

Dans le troisième pot (pot b), on donne de l’eau, du dioxyde de carbone et de la lumière (pas de sels minéraux).

Dans le quatrième pot (pot c), on donne de l’eau, des sels minéraux et de la lumière (pas de dioxyde de carbone).

Dans le cinquième pot (pot d), on donne de l’eau, des sels minéraux et du dioxyde de carbone (pas de lumière).

Max : « Avez-vous tout noté ? »

Samuel et Léo : « Oui monsieur Max ! »

Max : « Alors vous pouvez filer en récréation. »

Léo : « Monsieur Max, vous ne nous avez pas expliqué comme faire pour de pas donner de sels minéraux ou de dioxyde de carbone aux plantes ! »

Max : « C’est vrai. Pour les sels minéraux c’est assez simple. En général ils sont dans l’eau. Il suffit donc de donner de l’eau pure aux plantes. La distillation permet d’obtenir de l’eau pure qui est qualifiée d’eau distillée. Vous étudierez cela en physique plus tard. »

Samuel : « Et pour le dioxyde de carbone ? »

Max : « C’est un peu plus compliqué. Il existe des produits liquides qui fixent le dioxyde de carbone. Il faut donc faire passer l’air qui va arriver aux plantes dans ces liquides. Regardez comment on fait. »

Photographie montrant comment on peut fournir de l’air sans dioxyde de carbone à une plante.

Samuel : « Je vois. La pompe fait avancer l’air qui passe dans les flacons 4, 3 et 2 avant d’arriver aux plantes. »

Léo : « Les liquides fixent le dioxyde de carbone. »

Max : « On utilise de la potasse (4) et de l’eau de chaux (3 et 2). Vous voyez que le grand flacon offre de l’eau, des sels minéraux et de la lumière aux jeunes plantes. »

Léo : « Merci monsieur Max. »

Samuel et Léo : « Au revoir monsieur Max ! »

Max : « Au revoir mes petits. N’oubliez pas de bien étudier ce que nous venons de faire. »

Séance suivante

Le rejet de l’urée

Max : « Bonjour à tous ! Enlevez vos blousons, asseyez-vous et sortez vos affaires. »

Samuel et Léo : « Bonjour monsieur Max ! »

Max : « Bonjour mes petits 🙂 Qui veut me rappeler ce qu’il se passe dans un organe ? »

Léo : « Dans un organe ? Vous voulez qu’on refasse le schéma de la formation d’énergie à partir de glucose et de dioxygène ? »

Max : « Tu te sens capable de le refaire rapidement Léo ? »

Léo : « Ben oui 🙂 »

Samuel : « Moi aussi monsieur Max. »

Max : « Pour ne pas faire de jaloux vous allez le faire tous les deux sur une feuille. Je vous laisse quelques minutes. »

Léo : « D’accord 🙂 »

Quelques minutes plus tard…

Max : « Montrez-moi vos travaux… Samuel… C’est parfait. Rien à dire. Léo… Tout aussi parfait. »

Max : « Nous allons le compléter un peu. Sachez que le fonctionnement des organes produit également de l’urée. »

Samuel : « Je suppose que c’est un déchet. »

Léo : « Ce mot me fait penser à l’urine. Il y a un rapport monsieur Max ? »

Max : « Il y en a un 🙂 L’urée est le principal constituant de l’urine. Après l’eau bien sûr. »

Samuel : « D’accord. Merci monsieur Max. Alors l’urine c’est de l’eau avec de l’urée. »

Léo : « Cela pose un problème. L’urée est produite dans les organes. Tous les organes. Et il faut qu’elle aille dans l’urine. Par où ça passe ? »

Max : « C’est ce que vous allez étudier pendant les prochaines séances. »

Samuel : « J’ai une hypothèse pour le début ! Le dioxyde de carbone est lui aussi un déchet produit lors de la production d’énergie dans un organe. Il est d’abord rejeté dans le sang. Je suppose que l’urée est également rejetée dans le sang. »

Max : « Léo, que penses-tu de l’hypothèse de Samuel ? »

Léo : « Je n’aurais pas dit mieux 🙂 »

Max : « Alors vérifions cette hypothèse. Je vous donne une petite activité. Dépêchez-vous de la faire que nous ayons le temps de corriger avant la fin de l’heure. Au travail ! »

Encore un peu plus tard…

Max : « Je propose de rédiger une démarche expérimentale avant de corriger le dessin. »

Samuel : « Je veux bien le faire monsieur Max. »

Max : « Alors va au tableau 🙂 »

Samuel : « Je reprends l’observation et le problème et c’est parti ! »

Max : « Bravo Samuel ! Je n’ai absolument rien à corriger. »

Samuel : « Merci monsieur Max. »

Max : « Léo, veux-tu faire le schéma ? »

Léo : « Bien sûr 🙂 C’est facile 🙂 Je commence par faire la partie dessin. Il y a l’organe et le vaisseau sanguin… »

Léo : « Maintenant j’indique qu’il y a de l’urée dans l’organe… Je note simplement ‘urée’. Et j’indique les valeurs d’urée au-dessus du vaisseau sanguin quand il arrive et quand il repart… Voilà ! Ah oui ! Pour ne pas oublier je fais la légende de la couleur tout de suite. J’ai choisi le orange pour l’urée. »

Léo : « Un peu de coloriage pour mieux voir… »

Léo : « Un flèche qui indique le passage de l’urée de l’organe au sang… Voilà ! Sinon le schéma n’explique rien. »

Léo : « J’ajoute le titre. C’est un schéma. Et il représente le rejet de l’urée dans le sang par un organe. Je crois que j’ai terminé. Oui, c’est fini ! »

Max : « Je n’ai rien à ajouter 🙂 Bravo à tous les deux ! »

Léo : « Nous savons donc que les déchets du fonctionnement des organes sont rejetés dans le sang. Le dioxyde de carbone : dans le sang ! L’urée : dans le sang ! »

Max : « Les élèves : dans la cours de récréation ! »

Samuel : « D’accord monsieur Max ! On file ! »

Léo : « Mais nous ne sommes pas des déchets 🙂 »

Max : « Au revoir mes petits ! »

Samuel et Léo : « Au revoir monsieur Max ! »

Séance suivante

Les mouvements des plaques

Max : « Bonjour à tous ! Enlevez vos blousons, asseyez-vous et sortez vos affaires. »

Samuel et Léo : « Bonjour monsieur Max ! »

Léo : « Monsieur Max, puis-je faire le petit rappel ? »

Max : « Si tu veux Léo. »

Léo : « Nous avons vu que la surface de la Terre est découpée en une douzaine de grands morceaux appelés plaques lithosphériques. La lithosphère est la couche la plus superficielle de la Terre. Elle comprend la croûte et le manteau lithosphérique. Ça fait environ 100 km d’épaisseur. Dessous, il y a l’asthénosphère. Elle va jusqu’à 700 km de profondeur. »

Max : « C’est un bon résumé 🙂 »

Samuel : « Monsieur Max, j’ai une question. »

Max : »Vous avez toujours des questions. Sachez que j’apprécie votre curiosité. »

Samuel : « Merci monsieur Max. J’ai remarqué quelque chose sur les cartes du monde. Est-ce normal que j’ai l’impression que l’Afrique et l’Amérique du sud pourraient s’emboîter l’une dans l’autre ? »

Max : « Bien observé Samuel. Regardons cela de plus près. »

Carte montrant la juxtaposition de l’Afrique et de l’Amérique du sud (Les espaces sont représentés en rouge et les chevauchements en bleu).

Léo : « Ah oui ! Ça alors ! Ça voudrait dire que ces deux continents se sont écartés ? »

Samuel : « C’est ce que je me suis dit aussi. C’est possible ça monsieur Max ? »

Max : « Il faudrait vérifier. »

Samuel : « On pourrait mesurer la distance entre deux points chaque année. On verrait peut-être que la distance augmente en fonction du temps. »

Léo : « Si ça augmente encore… Peut-être que ça s’est arrêté. Et puis il faudrait pouvoir mesurer cette distance avec précision. Je ne sais pas si c’est possible ça. »

Max : « Disons qu’avec les techniques modernes c’est assez facile à faire. Il suffit de mesurer la distance séparant deux points grâce aux satellites. Prenons un exemple… « 

Graphiques représentant le déplacement d’un point en France (en cm) en fonction du temps (en années) (source Hachette, SVT 4ème, programme 2007)

Samuel : « Monsieur Max, la latitude, c’est bien la position d’un point par rapport à l’équateur ? »

Max : « Oui Samuel. »

Léo : « Et donc, la longitude c’est par rapport au méridien de Greenwich. »

Samuel : « On voit que le point s’est déplacé d’environ 18 cm vers le nord entre 1995 et 2006. »

Léo : « Et le même point s’est déplacé d’environ 26 cm vers l’est entre 1995 et 2006. »

Samuel : « Comment fait-on pour trouver le bon mouvement et son déplacement réel ? »

Max : « Avez-vous déjà eu des cours de mathématiques ? »

Léo : « Ben oui ! »

Max : « Connaissez-vous le théorème de Pythagore ? »

Samuel : « On l’a étudié, oui. »

Max : « Alors appliquons le ! »

Léo : « Mais ! Monsieur Max, le théorème de Pythagore s’applique à un triangle rectangle ! »

Max : « Et comme ça ? »

Léo : « Ben comme ça ça marche ! On sait que le carré de D est égal à la somme des carrés de 18 et de 25. »

Max : « Exact ! Ce qui donne… »

Samuel : « Ce qui donne que le point étudié situé en France s’est déplacé de 31 cm vers le nord-est en 11 ans. Ce qui fait… environ 2,8 cm par an ! »

Max : « Si nous faisions la même chose avec un point situé en Amérique du Nord nous obtiendrions à peu près la même chose. »

Léo : « Mais alors ça veut dire que l’océan Atlantique s’écarte ! »

Max : « Oui Léo, l’océan Atlantique s’ouvre 🙂 Les plaques se déplacent les unes par rapport aux autres. »

Samuel : « Mais… »

Max : « Oui Samuel ? »

Samuel : « Je ne suis pas sûr mais il me semble que la Terre ne grandit pas. Si des plaques s’écartent, il doit y en avoir qui se rapprochent alors ! »

Max : « Absolument 🙂 Et par endroits, elles coulissent l’une contre l’autre. Cela me fait penser que j’ai un travail à vous donner pour la prochaine fois. Vous allez vous approprier cela en réalisant une carte. Je vous distribue le même fond de carte que la dernière fois, puis vous colorerez les limites de plaques. Vous utiliserez le bleu pour les zones de divergence, le rouge pour les zones de convergence et le vert pour les zones de coulissement. Puis vous remplirez le tableau joint à la carte. »

Samuel : « Nous devons le faire maintenant ? »

Max : « Non mes petits. Vous ferez ce travail pour la prochaine fois. »

Léo : « Oups ! Vous l’aviez dit. »

Max : « Cela ne devrait pas vous poser trop de problème. Voici le document. N’oubliez ni le titre ni la légende. « 

Samuel et Léo : « Oui monsieur Max ! »Activité : les mouvements des plaques (version imprimable)

Max : « Avez-vous des questions ? »

Samuel : « Oui 🙂 Enfin, pas vraiment. Mais un peu. »

Max :  » 🙂 Je t’écoute Samuel. »

Samuel : « Si les plaques bougent, ça implique que les cartes du monde changent avec le temps. C’est possible de reconstituer les cartes anciennes ? »

Léo : « Et de voir les cartes futures ? »

Max : « C’est possible. J’ai même un petite vidéo à vous montrer si vous voulez. Mais j’ai peur qu’elle empiète sur votre récréation. »

Léo : « C’est pas grave ! On veut voir ! »

Max : « D’accord 🙂 Cette vidéo commence par remonter le temps jusqu’il y a 250 millions d’années. Puis elle revient à l’actuel et montre ce qu’il va peut-être se passer pendant les 250 millions d’années à venir. »

Paleomaps

Léo : « Rholala ! »

Max : « Mes petits, la leçon est terminée. Filez vite ! »

Samuel : « Oui monsieur Max. »

Samuel et Léo : « Au revoir monsieur Max ! »

Max : « Au revoir mes petits. »

Critères d’évaluation de la carte

Séance suivante